23e Semaine internationale d'architecture
18 au 24 juin 2016

SIA 2016

23e Semaine internationale d'architecture

Campus Brabois,
une entrée de ville
créactive
 

du 18 au 24 juin 2016
Restitution des travaux de la SIA 2016 le 24 juin à partir de 9H


Télécharger la plaquette



 

Architectes internationaux invités



      

Renaud Haerlingen / Bruxelles, Belgique
Kiichiro Hagino / Wajima, Japon
Christian Kerez et Catherine Dumont D'Ayot / Zurich, Suisse

   

Sasa Randic / Rijeka, Croatie
Rainer Strange / Oslo, Norvège


La semaine internationale d'architecture 2016, soutenue par l'Université de Lorraine et le Grand Nancy, poursuit avec enthousiasme analyses et recherches sur les potentialités offertes par les différentes entités universitaires localisées sur l'ensemble du territoire de l'agglomération. La présence de 47 000 étudiants soit 20 % de la population du Grand Nancy constitue une force attractive pour le développement de l'agglomération nancéienne, tout en nécessitant pour l'université de renforcer l'excellence de son enseignement.

Comme déjà proposé en 2015, lors de l'étude réalisée sur le campus Aiguillette, l'ENSarchitecture de Nancy souhaite tirer parti de l'expérience professionnelle de ses six invités architectes et paysagistes reconnus internationalement et de la compétence de ses étudiants pour imaginer et tester une autre manière d'étudier, de se reposer, de se déplacer et de pratiquer des loisirs sur le campus de Brabois. L'année passée, les cinq ateliers ont réalisé des maquettes et des documents graphiques qui rendaient compte de leurs propositions concrètes de construction et restructuration architecturales, urbaines et paysagères.
Le campus génie scientifique et médical de Brabois créé à la fin des années 1970, sur le plateau de Haye délimité par une géographie de côtes, a renforcé, selon les opportunités foncières, son attractivité fonctionnelle par l'implantation de grands équipements comme le Centre Hospitalier Universitaire et de grands instituts de recherche. Etendu sur 500 hectares et occupé par 9030 étudiants et chercheurs, le campus doit cependant se restructurer pour devenir un technopole de nouvelle génération à l'échelle métropolitaine.

Le site de Brabois nécessite une expertise fine des modes d'occupation, de son accessibilité par l'automobile liée à sa période de création et de développement. Dépasser une perception fragmentée du site, peu accessible et peu hospitalière à la vie des étudiants et des usagers, va être l'enjeu des cinq propositions de projets architecturaux, urbains et paysagers issues de cette semaine internationale d'architecture.
Les six invités (cinq architectes et un architecte paysagiste) concepteurs et leurs 80 étudiants-architectes, in situ, vont décrypter les constituants objectifs et subjectifs de ce grand ensemble d'édifices, à la porte d'entrée sud-ouest de l'agglomération nancéienne. Ils testeront de nouvelles approches pour penser la contemporanéité des activités du campus, la valeur emblématique des bâtiments dans leur territoire, mais aussi révéler la géographie et l'histoire du site pour penser sa relation à la ville centre et son université créée au XVIe siècle.

Deux sites sont à questionner :
- Brabois santé avec 12 600 m2 à restructurer, et
14 900 m2 à construire.
- Brabois ingénierie dans sa mise en relation avec l'ensemble des sites universitaires plus spécifique Montet, Aiguillette et Artem.



Restitution des travaux de la SIA 2016
Rendez-vous le 24 juin à partir de 9H
Galerie d'exposition de l'ENSarchitecture de Nancy

Le technopole en quelques chiffres* :
  • 600 hectares
  • 15 000 emplois
  • 337 établissements
  • 2 500 chercheurs
  • 19 000 étudiants dont 8 500 sur le plateau
  • 12% de la population active de la CUGN
  • CHRU : 40 ha / 4 700 emploi
  • INRS : 15 ha
  • Faculté de médecine : 25 ha
  • INPL : 12,5 ha / 264 logements
  • 13 800 m2 de surface immobilière d'activités
  • 2018 : année du Plan Campus

* chiffres fournis par l'ADUAN

 

Christian Kerez Catherine Dumont d’Ayot Zurich / Suisse / SIA 2016

Christian Kerez Catherine Dumont d’Ayot Zurich / Suisse / SIA 2016

Christian Kerez
Catherine Dumont d'Ayot

Zurich, Suisse




Christian Kerez est né en 1962 à Maracaibo, Venezuela. Il est diplômé de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich où il enseigne comme professeur de conception architecturale depuis 2003. Il a été titulaire de la chaire de Kenzo Tange à Harvard University, Cambridge MA USA de 2012. Il fonde son agence à Zurich en 1993 après plusieurs associations notamment avec l'architecte Morger-Degelo. 
Catherine Dumont d'Ayot, née en France en 1965 a étudié l'architecture à l'Ecole d'architecture et d'urbanisme de l'Université de Genève et à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Titulaire d'un doctorat de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, elle a enseigné à Genève de 1996 à 2005 puis à partir de 2006 à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Depuis 2005, elle est associée régulièrement avec Christian Kerez à la conception de divers projets dont récemment le concours pour le Musée Lorrain à Nancy (2013) et pour la construction d'un immeuble de bureau à Lyon-Confluence (2014-2017).
Christian Kerez est connu internationalement pour la rigueur conceptuelle de ses réalisations comme l'école de Leutschenbach à Zurich et la « maison avec un mur » (House With One Wall) de Zurich-Witikon. A travers la production de maquettes, la structure est déterminée par son impact spatial et visuel en cohérence avec le concept de départ. Pour Christian Kerez le processus de conception est l'occasion de conjuguer des réflexions fondamentales sur l'architecture et des interrogations sur la manière dont un concept architectural peut contribuer au quotidien des usagers dans un contexte urbain banal. 
Les projets pour le musée d'art moderne à Varsovie en 2007 et celui de la ville de Guanzhou en Chine, l'immeuble de bureaux pour la ville de Zhengzhou, le quartier de logements sociaux qu'il a conçu pour Paraisopolis et Porto Seguro au Brésil, lui ont valu une renommée internationale. Ils ont fait l'objet de nombreuses publications internationales comme El croquis n °145 n°182, Casabella, d'A, A+U, ... et de plusieurs prix internationaux comme Fellow du Royal Institute of British Architects (2012) et le Prix d'honneur de Hocilm Sustainability Award 2015.
Présent en 2010 à la Biennale de Venise avec l'exposition « Some structural Models and pictures », Christian Kerez représente la Suisse en 2016 de mai à novembre à la 15e édition de la Biennale d'architecture de Venise avec son projet « Incidental Space ».

www.kerez.ch
 

Kiichiro Hagino / Wajima, Japon / SIA 2016

Kiichiro Hagino / Wajima, Japon / SIA 2016

Kiichiro Hagino

Wajima, Japon



Kiichiro Hagino est né en 1964. Il a suivi ses études dans les universités de Philadelphie et de Tokyo. Titulaire du grade de docteur en génie architectural en 1997, il entame une activité d'enseignement en 1991 qui se poursuit jusqu'à aujourd'hui par une longue série de workshops et de conférences au sein d'écoles japonaises et américaines. Parallèlement, il s'est engagé dans le monde professionnel par des collaborations avec différents architectes aux Etats-Unis et au Japon, notamment avec Fumihiko Maki. C'est depuis Tokyo et Narbeth, dans la banlieue de Philadelphie, qu'il a réalisé ses premiers projets personnels.
Depuis le bout de campagne japonaise où il est aujourd'hui installé, à proximité de la petite ville de Wajima située à l'extrémité de la péninsule de Noto dans la préfecture d'Ichikawa, il exerce notamment son savoir et son expertise à travers l'utilisation de techniques de constructions traditionnelles. Il nourrit et enrichit ce travail par une forte implication dans un groupe de recherche constitué de personnes de la communauté locale, venues d'horizons très variés. Il s'agit d'agriculteurs, de pêcheurs, d'artisans, mais aussi d'architectes, de designers ou d'intellectuels soucieux d'un usage raisonné et harmonieux du territoire. Sa maison, abondamment publiée, bâtie dans un bois en pente, sert de champ d'expérimentation, mais aussi de lieu de rencontres et d'échanges pour cette communauté très attachée à trouver et à tisser des liens entre l'agriculture, la sylviculture, l'urbanisme rural et le paysage. Son expertise d'architecte est particulièrement sollicitée depuis 2007, année marquée par un fort tremblement de terre qui a endommagé de nombreuses constructions de la péninsule de Noto. Hagino travaille à la rénovation des bâtiments selon les procédés vernaculaires retrouvés, mais utilise aussi ses compétences sur des projets de constructions contemporaines, pour des particuliers ou une clientèle locale d'artisans, de commerçants et d'industriels.
En 2016, Hagino a été résident de la Villa Kujoyama, en duo avec Andrew Todd. Sur les collines de Kyoto, ils ont développé un travail autour de constructions en bois et bambou nourri de leurs savoirs, de recherches patientes et surtout de rencontres avec des spécialistes venus de tout le Japon.

www.tad.u-toyama.ac.jp

RAINER STANGE / Oslo, Norvège / SIA 2016

RAINER STANGE / Oslo, Norvège / SIA 2016

RAINER STANGE

Oslo, Norvège




Né en 1964 à Tørnsberg en Norvège, Rainer Stange est diplômé de l'École nationale supérieure du Paysage de Versailles en 1989, formation qu'il complète l'année suivante au département d'architecture et d'aménagement paysager de l'université de la ville de Ås, en Norvège. Après une première expérience en France au Bureau des Paysages d'Alexandre Chemetoff, il rejoint l'agence Snøhetta en 1993, chez qui il développe sa pratique jusqu'en 2005. Il fonde alors sa propre agence de paysage, Dronninga Landskap, avec Ragnhild Momrak, à Oslo.
Attentif au contexte, au genius loci, Rainer Stange veut insuffler dans ses projets une dimension narrative afin de révéler les particularités du lieu. Il développe une attention particulière portée sur la qualité des matériaux, le choix des essences, le rythme des couleurs et des senteurs que les saisons y impriment, la place du piéton dans la ville et les logiques de transport urbains. Cet attachement se retrouve notamment dans l'aménagement de la place Carl Berner, pour laquelle l'architecte a été mentionné au Grand Prix Norvégien du Paysage.
Marqué par son pays natal et sa géographie spécifique, il considère l'eau comme l'essence du paysage et en fait l'élément structurant de nombre de ses projets urbains. Le cheminement de ce fluide, sa libre circulation ou sa rétention sont les concepts générateurs de plusieurs de ses projets. En témoigne le parc de Bjerkedalen, né de la réouverture du cours de l'Hovinbekken à la ville, pendant 50 ans enfoui dans une canalisation, projet pour lequel il a reçu le Grand Prix de l'Architecture de la ville d'Oslo. Ou encore la redécouverte du ruisseau Svinningen, à Ramnes, à proximité de sa maison, dans lequel le paysagiste décline toute une série de franchissements, de barrages et de rapides qui mettent en scène le parcours de l'eau et la topographie.
Parallèlement à sa pratique professionnelle, Rainer Stange enseigne à l'Institut d'Urbanisme et de Paysage de l'École d'Architecture et de Design d'Oslo depuis 2004. Il a plusieurs fois été invité à donner des conférences autour du paysage et de l'impact du réchauffement global sur l'aménagement des villes, dans le cadre de séminaires en Suède, au Danemark, en France, en Belgique et aux Etats-Unis.

www.dronninga-landskap.com

Vidéos

Renaud Haerlingen

Semaine Internationale d’Architecture 2016

Renaud Haerlingen

Semaine Internationale d'Architecture 2016

Renaud Haerlingen

Bruxelles, Belgique


CONF. / Renaud HAERLINGEN / Semaine Internationale de l'Architecture 2016 


Renaud Haerlingen, né en 1976, est diplômé de l'école d'architecture de Saint Luc en 2001 après avoir fréquenté l'Université des Technologies à Delft. Engagé au côté de Tristan Boniver dans le collectif Boups de Bruxelles, il participe à plusieurs actions publiques comme « gazon », un espace partagé au centre-ville de Bruxelles. De 2005 à 2006 il collabore à la réalisation de plusieurs projets au Moyen-Orient : à Dubaï, Doha et Beyrouth. En 2010 il rejoint le collectif Rotor fondé en 2005 par Tristan Boniver et Maarten Gielen après avoir complété sa formation par un enseignement en politique internationale.
Comme architecte et co-administrateur de Rotor, Renaud Haerlingen questionne les cycles des matériaux dans l'industrie, la construction, le design et l'architecture. Ce qui était à l'origine une stratégie pragmatique dans leur démarche de projet est devenu un sujet à part entière que le collectif développe et explore à travers une pratique de recherche (« le cerisier et la plaque de plâtre », in criticat n°9 mars 2012) et de projets d'espaces publics (festival des arts visuels et de l'Art de la performance à Bruxelles), de commissariats et scénographies d'expositions (Prada à Milan en 2011, l'agence Oma/progress à la Barbican art gallery de Londres en 2011, Triennale d'Oslo). Connu du grand public par la mise en place d'installations lors de la rénovation des docks de Gand, et par l'exposition Usus/usure de la Biennale de Venise, Rotor accède à une reconnaissance internationale avec des prix comme le Global Award for sustainable Architecture et Rotterdam Maaskant (2015).
Le collectif Rotor persuadé que le réemploi est une approche largement sous-exploitée en construction, poursuit son engagement à la fois comme expert et acteur de la pratique architecturale, en remettant en cause les modes conventionnels de production, de consommation et de destruction. Après avoir cartographié le réemploi des matériaux, nourri par les activités de démontage et de revente d'éléments d'architecture par Rotor déconstruction et diffusé par le site Opalis, le collectif vise le réemploi à plus grande échelle. Pour ce faire, il rédige des guides de recommandations pour diverses instances publiques sur la récupération des matériaux lors de transformations, démolitions de bâtiments, et participe à l'élaboration de mesures juridiques qui encadrent cette pratique, tout en valorisant l'intelligence de la conception et l'habilité de la mise en oeuvre.

rotordb.org

Vidéos

Renaud Haerlingen / Bruxelles, Belgique / SIA 2016

Renaud Haerlingen / Bruxelles, Belgique / SIA 2016

Renaud Haerlingen

Bruxelles, Belgique



Renaud Haerlingen, né en 1976, est diplômé de l'école d'architecture de Saint Luc en 2001 après avoir fréquenté l'Université des Technologies à Delft. Engagé au côté de Tristan Boniver dans le collectif Boups de Bruxelles, il participe à plusieurs actions publiques comme « gazon »,  un espace partagé au centre-ville de Bruxelles. De 2005 à 2006 il collabore à la réalisation de plusieurs projets au Moyen-Orient : à Dubaï, Doha et Beyrouth. En 2010 il rejoint le collectif Rotor fondé en 2005 par Tristan Boniver et Maarten Gielen après avoir complété sa formation par un enseignement en politique internationale.
Comme architecte et co-administrateur de Rotor, Renaud Haerlingen questionne les cycles des matériaux dans l'industrie, la construction, le design et l'architecture. Ce qui était à l'origine une stratégie pragmatique dans leur démarche de projet est devenu un sujet à part entière que le collectif développe et explore à travers une pratique de recherche (« le cerisier et la plaque de plâtre », in criticat n°9 mars 2012) et de projets d'espaces publics (festival des arts visuels et de l'Art de la performance à Bruxelles), de commissariats et scénographies d'expositions (Prada à Milan en 2011, l'agence Oma/progress à la Barbican art gallery de Londres en 2011, Triennale d'Oslo). Connu du grand public par la mise en place d'installations lors de la rénovation des docks de Gand, et par l'exposition Usus/usure de la Biennale de Venise, Rotor accède à une reconnaissance internationale avec des prix comme le Global Award for sustainable Architecture et Rotterdam Maaskant (2015).
Le collectif Rotor persuadé que le réemploi est une approche largement sous-exploitée en construction, poursuit son engagement à la fois comme expert et acteur de la pratique architecturale, en remettant en cause les modes conventionnels de production, de consommation et de destruction. Après avoir cartographié le réemploi des matériaux, nourri par les activités de démontage et de revente d'éléments d'architecture par Rotor déconstruction et diffusé par le site Opalis, le collectif vise le réemploi à plus grande échelle. Pour ce faire, il rédige des guides de recommandations pour diverses instances publiques sur la récupération des matériaux lors de transformations, démolitions de bâtiments, et participe à l'élaboration de mesures juridiques qui encadrent cette pratique, tout en valorisant l'intelligence de la conception et l'habilité de la mise en oeuvre.

www.rotordb.org

 

Vidéos

Saša Randic / Rijeka, Croatie / SIA 2016

Saša Randic / Rijeka, Croatie / SIA 2016

Saša Randic

Rijeka, Croatie



Saša Randic est né en 1964 à Rijeka, Croatie. Diplômé en 1990 de la faculté d'architecture de l'Université de Zagreb, il poursuit ses études en cycle master à l'Institut Berlage à Amsterdam dont il sera diplômé en 1992. Il figure ainsi parmi la toute première génération d'étudiants de l'Institut.
Associé à l'architecte Turato, il fonde en 1993 l'agence Randic-Turato à Rijeka, en Croatie, qui concevra de nombreux projets jusqu'à 2009. Dans cette période de post-socialisme, Saša Randic, comme tous les architectes de sa génération, doit faire face à un environnement institutionnel et culturel complexe : d'une part une architecture patrimoniale vouée au tourisme et d'autre part une architecture commerciale sous pression foncière qui les placent à la « périphérie » de la commande. Cette situation parallèlement à sa pratique architecturale l'amène à s'engager dans la société civile pour mieux définir la place de l'architecture dans un territoire. C'est l'objet de leur exposition et publication à la Biennale de Venise en 2006 intitulé  “In-between: a book on the Croatian Coast, transitional processes, and how to live with them”.
De 2003 à 2007, il occupe le poste de président de l'Association des architectes croates où il initie divers projets de recherche et de manifestations publiques traitant de la transformation du territoire croate. Déjà rédacteur en chef de la CIP, le magazine de l'Association des architectes croates, il lance en 2008 pogledaj.to, un blog sur l'architecture et le design.
Saša Randic ne peut dissocier cette présence publique dans l'édition, la communication et les associations professionnelles d'une pratique architecturale singulière reconnue par des expositions (Biennale de Venise 2010 « the ship ») et des prix nationaux et internationaux (prix européen d'architecture Mies van der Rohe en 2007 et 2011, BSI Swiss Architectural Award en 2008).
Les projets ayant bénéficié de la plus grande reconnaissance internationale sont le Lapidarium de Novigrad, la Faculté de Technologie de Rijeka, l'école primaire Fran Krsto Frankopan et l'école maternelle Katarina Frankopan à Krk, la salle Jean-Paul II à Trsat (Rijeka) et le complexe Zagrad à Rijeka. Ils sont publiés dans des revues d'architecture telles que Domus, Architectural Review , GA , A + U, Arquitectura Viva, A10 ...
Saša Randic est enseignant à la Faculté d'ingénierie civile et d'architecture de l'Université de Split et fut conférencier à l'Université de Harvard, à l'EPF de Zurich, à l'Institut Berlage à Rotterdam, à l'IAAC de Barcelone, à la TU de Munich ainsi qu'à la Biennale de Buenos Aires.

www.randic.hr

Actualités diverses

Semaine internationale de l'architecture 2016

Reportage France 3 Lorraine

Semaine internationale de l'architecture 2016

REPORTAGE FRANCE 3 LORRAINE
SEMAINE INTERNATIONALE DE L'ARCHITECTURE



Pour voir ou revoir le reportage sur la semaine internationale de l'architecture diffusé sur France 3 Lorraine :


Semaine de l'architecture

Pour accéder directement à la page consacrée à la semaine internationale de l'architecture, cliquez ici

Expositions

Exposition / France-Corée / VERNISSAGE MARDI 21 JUIN À 19H

Exposition / France-Corée / VERNISSAGE MARDI 21 JUIN À 19H

exposition
étudiants en architecture 
année France - Corée

vernissage / mardi 21 juin à 19H



Cette exposition initiée en janvier 2016, suite à l'appel à projet lancé par l'Institut Coréen d'Architecture dans le cadre de l'année France-Corée, offre un aperçu de productions d'étudiants-architectes,  en Master,  à  travers une série de 20 projets français et 20 projets  coréens. L'exposition offre une occasion unique de découvrir, comparer, analyser et confronter des projets d'étudiants issus de cultures différentes. 

L'exposition sera  présentée à l'ENSarchitecture de Nancy du 15 au 30 juin 2016 dans le cadre de la Semaine Internationale d'Architecture 2016. L'école accueillera, à cette occasion, une délégation coréenne d'enseignants et d'étudiants. Cette exposition sera ensuite accueillie, à Séoul, en novembre.


Commissariat et coordination générale :
Anne Schéou,  Architecte, Enseignante  à l'ENSarchitecture de Nancy
Présidente du Comité Relations Internationales  

Coordination pour la Corée :
Dae-Seung Bae, Architecte, Professeur à l'université Induk
Tae-Hoon Kim, Architecte, Professeur à l'université Mokpo

Etudiants exposés

Français : 
- Augustin Dupuis
- Ugo Elter 
- Théo Godfroy
- Laure Humbert
- Anais Jeandin
- Sophie Kruger
- Elise Hernandez
- Maxime Guery
- Sylvain Bajolet
- Adeline Klein
- Quentin Meyer
- Louis Vincent
- Manon Maire-Sebille
- Alexia Mathiot
- Perrine Mertes
- Fanny Ohresser
- Baptiste Plançon 
- Manon Poulet
- Lorine Rolet
- Laura Weisbecker 
 
Coréens : 
- Park Hyeon-Min 
- Bae Seung-Hyeon
- Bae Ji-Hee
- Jang Jae-Myung
- Jung Jin-Woo
- Lee Chang-Geun
- Eom Ki-Beom
- On Jin-Sung
- Kim Hee-Wong
- Young Kwang-Choi
- Kim Tae-Eun
- Chung Seung-In
- Im Byung-Soo
- Gwak Min-Hwan
- Jeong Young-Hoon
- Kwon Suk-Youn
- Kim Kyoung-Won
- Kim Ho-Sung
- You Da-Sol
 

TELECHARGER LA BROCHURE DE LA SEMAINE INTERNATIONALE D'ARCHITECTURE 2016

TELECHARGER LA BROCHURE DE LA SEMAINE INTERNATIONALE D'ARCHITECTURE 2016