Expositions

EXPOSITION MAQUETTES D'ARCHITECTURE

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE : CRITIQUE ET EXPÉRIMENTATION

EXPOSITION MAQUETTES D'ARCHITECTURE

EXPOSITION MAQUETTES D'ARCHITECTURE 
DU 5 JUILLET AU 20 SEPTEMBRE 
MUSÉE DÉPARTEMENTAL
D'ART ANCIEN ET CONTEMPORAIN - EPINAL

→ VERNISSAGE JEUDI 4 JUILLET 2019 / 18H30

Exposition proposée par la Maison de l'Architecture de Lorraine et l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy en partenariat avec le musée départemental d'art ancien et contemporain de la ville d'Épinal.
 
Les étudiants de Licence 3 réalisent chaque année différentes maquettes d'un édifice construit au XXe ou au XXIe siècle, dans le cadre du cours Architecture contemporaine : critique et expérimentation encadré par Nadège Bagard, Pierre Maurer et Karine Thilleul.
Après une phase de documentation et de visites, ils procèdent à la fabrication de maquettes dans un matériau imposé : le bois. Au-delà de la recherche d'une forme de réalisme, la maquette se présente comme un outil de lecture analytique et critique d'une oeuvre.


+ d'informations
Tarifs & horaires : www. museedepartemental.vosges.fr  
1 Place Lagarde, 88000 Épinal

Expositions

Exposition Horizons

Exposition du 14 au 26 juin

Vernissage le 13 juin à 18h30

Exposition Horizons

Exposition "Horizons" d'Audrey Macon
Du 14 au 26 juin 2019 à la Galerie Neuf, 9 rue Gustave Simon, Nancy


Dans le cadre de son cycle d'expositions Voir, faire et montrer, la Maison de l'Architecture de Lorraine propose, en partenariat avec l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy et la Ville de Nancy, de découvrir le travail d'Audrey Macon, étudiante en architecture.
Ce cycle a pour objectif de valoriser la production personnelle des étudiant(e)s ou jeunes diplômé(e)s de l'école d'architecture de Nancy, offrant un regard personnel sur l'architecture, la ville et le paysage.


L'exposition Horizons d'Audrey Macon, étudiante à l'école d'architecture de Nancy, a pour but de mettre en lumière des lignes fictives qui régissent la vision portée sur le monde.

Qu'elles soient courbes ou droites, interrompues ou continues, fines ou imposantes, toutes ces lignes composent l'Horizon. S'installe alors un jeu aléatoire propre à la nature où elles se croisent, se superposent, s'éloignent, se dilatent ou se fragmentent afin de composer les Horizons. C'est cette multitude de possibilités qui crée une richesse de paysages, tous plus uniques les uns que les autres. Au-delà de la forme, la ligne d'Horizon est une limite entre la terre et le ciel, entre un plein et un vide, entre ce qui mesurable et ce qui est immatériel.

Cette exposition est alors l'occasion d'interroger l'environnement ainsi que le regard porté mais également d'aborder un thème plus vaste et abstrait qu'est le paysage.



Télécharge l'affiche
 

Expositions

Exposition Revoir les villes

Du 18 mars au 30 avril 2019

Exposition Revoir les villes

EXPOSITION Revoir les villes

REGARDS SUR LES VILLES INVISIBLES D'ITALO CALVINO
PAR EMMA SCHWARB ET MARIE-AMÉLIE RAUCOURT

MERCREDI 20 MARS 18H - VERNISSAGE DE L'EXPOSITION ET PRÉSENTATION EN AVANT-PREMIÈRE DU CATALOGUE

EXPOSITION DU 18 MARS AU 30 AVRIL - SITE BOFFRAND  

entrée libre

L'exposition "Revoir les villes" présente une réinterprétation en maquettes des villes imaginaires décrites par l'auteur cubain Italo Calvino dans son roman "Les villes invisibles". L'exposition a été réalisée par Emma Schwarb et Marie-Amélie Raucourt, diplômées de l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy.

Ce projet de transcription en maquettes des "Villes invisibles" représente l'opportunité d'interroger notre propre rapport aux villes. Au-delà des outils cartographiques que nous possédons aujourd'hui, nous en oublions parfois les capacités de perceptions sensibles et physiques liées à nos propres corps, mais également le pouvoir de l'imaginaire, du récit et des mots.

Exposition proposée par la Maison de l'architecture de Lorraine et l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy.

Expositions

Construir Acier

du 4 au 22 février   La conciergerie, site Boffrand

Construir Acier

Construir' Acier
du 4 au 22 février  
La conciergerie, site Boffrand

Exposition des projets lauréats du concours 2018 de Construir'Acier.
Lancement du concours 2019.

Emeline Di Carlo, Damien Martrille et Romain Mazzucotelli-Bertrand, étudiants de l'école d'architecture de Nancy (encadrés par l'enseignant architecte Pascal Breda) ont obtenu le 3e prix avec leur projet Les Nefs d'Airain.







Télécharger le book
+ d'informations 

Expositions

Co-Urbanisme

15 FABRIQUES COLLABORATIVES DE LA VILLE - Table ronde 25 février à 18H

Co-Urbanisme

Exposition
CO-URBANISME
15 FABRIQUES COLLABORATIVES DE LA VILLE

25 février - 14 mars 2019
Conciergerie / Espace d'exposition du site boffrand de l'école d'architecture de Nancy

Une exposition créée par le Pavillon de l'Arsenal / sous la direction de l'atelier d'urbanisme Approche.s !

“ Co-urbanisme” présente 15 démarches, en France et à l'étranger, échantillons d'une fabrique collective de la ville. 

Soirée d'inauguration le lundi 25 février : 
Table ronde de 18h à 19h
Conférence de présentation de 19h à 19h30.

Intervenants :

Kelly Ung, architecte-urbaniste, co-fondatrice de l'atelier d'urbanisme Approche.s!

Laure Gayet, urbaniste et co-fondatrice du collectif Approche.s!

Raphael Pitti, Adjoint au Maire de la ville de Metz, médecin anesthésiste et réanimateur

Barbara Morovich, Docteure et Maître de conférence en anthropologie à ENSAS-EA et présidente de l'association française des Anthropologues.

 

 

Convoquer l'intelligence collective pour penser la ville pas à pas avec les usagers, tel est l'enjeu de pratiques urbaines collaboratives qui émergent aujourd'hui. À l'heure où l'implication citoyenne s'impose dans la fabrique urbaine, l'exposition “Co-urbanisme” explore différentes pistes et interroge les conditions de sa mise en oeuvre pour une meilleure collaboration entre les habitants et professionnels de la ville à travers 15 démarches, en France et à l'étranger.

Co-conception et gestion d'espaces publics, équipement éphémère support d'activation sociale, université foraine et espaces non programmés, outils de co-programmation, plan programme, open conception, les 15 démarches analysées dans cette exposition sont des innovations progressives ou ordinaires qui s'immiscent dans les rouages des projets urbains ou bien des innovations de rupture, qui transforment leur processus. 

Selon le collectif Approche.s!, ces projets « ravivent souvent des principes de bon sens, gommés par les contraintes financières ou réglementaires. L'enjeu de cette démarche est de caractériser en quoi ces propositions viennent enrichir les approches classiques du projet urbain et comment elles ont été conduites. Il ne s'agit pas de solutions toutes faites. Chaque proposition est issue de situations particulières et de rencontres avec celles et ceux qui ont su les porter, s'en inspirer nécessite adaptation, hybridation méthodologique et détournement des outils habituels". 

Les équipes qui portent et conçoivent ces projets sont diverses : architectes, urbanistes, bureaux d'études hybrides, collectifs, designers ou acteurs culturels. Elles développent un savoir-faire pluriel, à la croisée de l'urbanisme et de l'humain. Des ateliers conduits au printemps dernier au Pavillon de l'Arsenal avec ces professionnels, des habitants et des chercheurs, ont permis d'identifier les projets et d'analyser leurs principes, méthodes et outils.

Urbanisme de l'ordinaire extraordinaire, ces démarches cherchent à susciter des relations de voisinage à toutes les échelles de territoire. Urbanisme d'expérimentation, elles défrichent et testent des possibles – en termes d'usages, d'aménagements mais aussi de rapports sociaux et de collaborations entre acteurs. Le plus souvent par des formes légères, elles s'appuient sur le “déjà là” et augmentent le potentiel des lieux. Donnant à voir la ville comme un écosystème, leurs modes d'intervention croisent les échelles d'espaces et de temps, tout en offrant une place à l'initiative des populations.

 

+ d'information sur le site du Pavillon de l'Arsenal

Expositions

Maquettes d'architecture

Du 10 janvier au 4 mars 2019 / Musée départemental d'art ancien et contemporain - Epinal / Vernissage 10 janvier 2019 / 18h30

Maquettes d'architecture

Exposition Maquettes d'architecture 
 
Du 10 janvier au 4 mars 2019 
Musée départemental d'art ancien
et contemporain à Epinal 

Vernissage 10 janvier 2019 / 18h30
 
Exposition organisée par
la maison de l'architecture de lorraine
en partenariat avec l'école d'architecture de Nancy
et le musée départemental d'art ancien et contemporain d'Epinal 

 

Les étudiants de Licence 3 de l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy réalisent chaque année, en groupe, différentes maquettes d'un édifice construit au XX° ou au XXI° siècle, dans le cadre du cours Architecture contemporaine : critique et expérimentation. Ce cours a été créé par Joseph Abram, professeur émérite de l'école, et est encadré aujourd'hui par les enseignants Nadège Bagard, Morgane Crevoisier, Pierre Maurer et Karine Thilleul. 

Après une phase de documentation et de visites, ils procèdent à la fabrication de maquettes dans un matériau imposé : le bois. Ainsi, au-delà de la recherche d'une forme de réalisme, la maquette se présente comme un outil de lecture analytique et critique d'une oeuvre.

Cette exposition vous invite à découvrir une série d'édifices emblématiques de l'architecture contemporaine et offre également un aperçu du travail des étudiants en architecture.

Télécharger le flyer 
+ d'informations 
Tarifs et horaires 

Expositions

Exposition interactive Chambord inachevé

DU 12 DÉC. AU 15 JAN. La conciergerie - salle d’exposition - site Boffrand Fiction architecturale réalisée par #TwinC

Exposition interactive Chambord inachevé

Exposition interactive Chambord inachevé 

 

Réalisée par #TwinC

Hortense Brison, Lorenzo Diez, Aurélien Gadin, Christophe Huon,
Jonas Jawad (Club Minecraft), Théo Kieffer (Club Minecraft), Alban Lamy,
Manon Pouhet, Clément Raimbault (Charrettarium), Quentin Vionnet,
Enguerran Willaume-Real (Charrettarium).



 

La fiction architecturale proposée par #TwinC poursuit deux ambitions. D'une part celle de revenir à la genèse de l'oeuvre de Léonard de Vinci en achevant son escalier à 4 volées au centre du donjon. D'autre part celle de créer un nouveau château doué d'une autonomie environnementale et technologique résolument contemporaine et qui aurait absorbé son territoire.

Le médium choisi pour créer cette fiction est le fameux jeu vidéo Minecraft. Jeu d'architecture par essence, utilisé aux quatre coins de la planète, il offre la possibilité de construire une fiction accessible à tous. La mise au point du modèle numérique du donjon a fait appel à des recherches architecturales portant sur l'échelle et sur le pack de textures. Il en résulte une maquette dont l'échelle reste adaptée à la taille du joueur. Elle présente en outre un niveau de définition architecturale suffisant pour être reconnaissable sans pour autant tomber dans un mimétisme maladroit.

Afin d'introduire les deux volées d'escalier manquantes dans l'oeuvre du maître italien, la cage d'escalier du donjon a été extrudée sur un axe vertical (axe des Z) jusqu'à doubler sa hauteur, comme un ressort qui se détendrait. L'espace dégagé permet de glisser les deux spirales d'escalier manquantes, achevant ainsi l'oeuvre de Léonard de Vinci. Ce faisant le reste du donjon a suivi la même déformation et son élévation a doublé de hauteur, laissant apparaître de nouveaux espaces entre chaque étage existant. Ils servent à répondre au deuxième objectif de la fiction #TwinC. Apparaît ainsi un nouveau château qui dispose d'espaces supplémentaires permettant d'installer un écosystème productif et technologique. Ce château dans le ciel, référence à l'univers de Miyazaki, est imaginé sur la base d'une grammaire architecturale issue de deux icônes du monde contemporain : la tour Eiffel pour les éléments de soutien et le centre Pompidou pour les éléments de distribution.

Télécharger l'affiche

Conférences

CONF. / EXPO / Hubert Lempereur - Une brève histoire de l’isolation. Ou comment on en est arrivé là.

Lundi 5 novembre 2018 / 18h

CONF. / EXPO / Hubert Lempereur - Une brève histoire de l’isolation. Ou comment on en est arrivé là.

conférence + exposition

Conférence
Lundi 5 novembre 2018 / 18h / Amphi 0.09

Une brève histoire de l'isolation.
Ou comment on en est arrivé là.
Hubert Lempereur
Architecte
Atelier multiple



Telle que pratiquée aujourd'hui à travers la mise en oeuvre de menuiseries et de vitrages dits « performants » et d'isolants intérieurs ou extérieurs rapportés, l'isolation des bâtiments relève d'une histoire très récente. En revanche, l'intérêt pour les phénomènes physico-chimiques sur lesquels elle s'appuie est quasi immémorial. Dresser la longue histoire technique et culturelle qui mène au règne de l'isolation et saisir la genèse et l'évolution de ce concept, peut aider tout autant à intervenir sur les bâtiments existants en appréhendant mieux leurs potentiels hygrothermiques initiaux, qu'à identifier les problématiques et les éventuels écueils des logiques actuelles, à l'heure où, désormais, il s'agit, ni plus ni moins, de contribuer à « sauver le monde ».

Télécharger l'affiche de la conférence
 
Exposition
du 5 au 28 novembre 2018 / Conciergerie



Écologie, développement durable, réchauffement climatique, économies, alors qu'une nouvelle ère s'annonce aujourd'hui dans laquelle il est question de clore encore plus et mieux les parois et les fenêtres, il semble qu'il y aurait quelque intérêt, sinon urgence, à faire l'histoire de l'isolation. Une histoire qui rencontre tout à la fois celles du chauffage, de la climatisation et de la ventilation, et aussi celle de leur effet matériel et typologique sur l'architecture. Cette exposition retrace cette histoire et ses possibles, en évoquant quelques moments, personnages, tentatives et dispositifs clés de la naissance et du règne de l'isolation, tout en y repérant, de-ci de-là, quelques fausses pistes et rebondissements.

Auteur : Hubert Lempereur, architecte
Commissariat : Nadège Bagard, architecte
Maquettes et objets conceptuels : Guilhem Vincent
Graphisme : Philippe Tytgat

Cette exposition produite par la Maison de l'Architecture de Lorraine est la transposition d'une série de 10 articles écrits par Hubert Lempereur, architecte, et parus dans la revue d'architecture D'A deseptembre 2016 à octobre 2017.
 

Hubert Lempereur

Hubert Lempereur, fondateur de l'Atelier multiple en 1998, exerce l'architecture, activité pour laquelle il a notamment été nominé au Prix de la Première Œuvre par le groupe Le Moniteur en 2006. Il accompagne sa pratique professionnelle de différentes expériences d'enseignement et de recherche, d'expositions et de publications, abordant des sujets variés (archéologie, réhabilitation, procédés constructifs) que réunit une même attention et sensibilité à l'histoire matérielle et énergétique de l'architecture.

Dans les pages de la revue d'A, il a livré en 2016-2017 un feuilleton en dix épisodes, « Une brève histoire de l'isolation », transformé en exposition itinérante par Nadège Bagard pour la Maison de l'architecture de Lorraine.

 

 



 

Expositions

​​​​​​​Architectures aux origines de l'Europe 1945-1965

du 29 septembre au 30 novembre / Sarrebruck

​​​​​​​Architectures aux origines de l'Europe 1945-1965

Exposition / du 29 septembre au 30 novembre / Sarrebruck
 

REZONANZEN.
Architektur im Aufbruch zu Europa /
Architectures aux origines de l'Europe 1945-1965


Cette exposition franco-allemande met en lumière le patrimoine architectural et urbain de la région transfrontalière Sarre-Moselle créé par des architectes des deux pays lors d'une étape cruciale de la construction européenne.

Elle invite à réfléchir sur les dimensions esthétiques et politiques de ce patrimoine, à porter une attention particulière à la nature utopique qui le caractérise, et à donner un nouveau sens à cette architecture.

L'école nationale supérieure d'architecture de Nancy et le Laboratoire d'Histoire de l'Architecture Contemporaine (LHAC) sont partenaires scientifiques de cette exposition. Lucile Pierron, enseignante et chercheur associée au LHAC a participé à la réalisation de cette exposition.

REZONANZEN est l'une des actions d'un programme plus large de valorisation de la production urbaine et architecturale sarroise de l'après Seconde Guerre mondiale qui tend à en révéler les spécificités, tout en mettant en lumière les imbrications culturelles avec d'autres territoires, notamment celui de la Moselle. Elle s'inscrit également dans les évènements de l'année européenne du patrimoine 2018.

Informations pratiques :
Ancienne Ambassade de France à Sarrebruck (Pingusson-Gebäude)
Hohenzollernstraße 60
66117 Saarbrücken
Horaires d'ouverture / mardi au dimanche, 11h–17h
http://resonanzen.eu


 

Expositions

Exposition Machins/Machines

15 AU 22 JUIN - RDC / couloir côté reprographie

Exposition Machins/Machines

EXPOSITION

MACHINS-MACHINES
15 AU 22 JUIN

RDC / couloir côté reprographie
 

Machins-Machines est un cours-atelier de Licence 2 enseigné par Antoine Carolus visant à faire expérimenter le difficile passage de la conception à la réalisation, du projet au réel, à l'échelle 1/1. Chaque étudiant conçoit sur le papier, puis construit une petite machine « inutile » et « pauvre » (matériaux de récupération), devant fonctionner et résister à une semaine d'exposition et de manipulation. L'exposition est visible au rez-de-chaussée du site Boffrand dans le couloir côté reprographie jusqu'au 22 juin.


 

Expositions

EXPOSITION / Voir, faire et montrer

Vernissage : vendredi 13 avril - 18h30

Galerie Neuf / NANCY

EXPOSITION / Voir, faire et montrer

EXPOSITION / Voir, faire et montrer
Vernissage : vendredi 13 avril - 18h30
à la Galerie Neuf


La Maison de l'Architecture de Lorraine en partenariat avec l' Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy et la Ville de Nancy vous invite à découvrir le travail de Céline Lourdel, étudiante de l'école et photographe.

“La vie est passée, la poussière et les objets se sont accumulés. 
L'Atelier, pièce secrète au fond de la remise, me laisse songeuse. 
La lumière y est douce et voluptueuse. 
À la manière de la cave ou du grenier de Gaston Bachelard, 
l'Atelier recèle de rêveries…"



Exposition du samedi 14 avril au mercredi 16 mai 2018
à la Galerie Neuf - 9 rue Gustave Simon - Nancy


Ouverture : du mardi au vendredi de 15h30 à 19h30
et les samedi & dimanche de 13h30 à 18h30


Le cycle "Voir, faire et montrer" a pour objectif de valoriser la production personnelle des étudiant∙e∙s ou jeunes diplômé∙e∙s de l'école d'architecture de Nancy, offrant un regard personnel sur l'architecture, la ville et le paysage.


 

Expositions

EXPOSITION DE TRAVAUX D'ÉTUDIANTS : ICI ET MAINTENANT !

RDC / Site Boffrand

jusqu'au 04 avril 2018

EXPOSITION DE TRAVAUX D'ÉTUDIANTS : ICI ET MAINTENANT !

EXPOSITION DE TRAVAUX D'ÉTUDIANTS :
ICI ET MAINTENANT !


Les étudiants de M1 du domaine ATC exposent leurs travaux d'atelier de projet au rez-de-chaussée du site Boffrand (côté association générale). De façon à explorer les réalités et le potentiel du site d'étude (la tour Thiers sur le parvis de la gare de Nancy), les étudiants ont enquêté sur un échantillon de tours réalisées à travers le monde. L'enseignement est encadré par Nicolas Depoutot et Cécile Demange. L'exposition présente des éléments d'enquête.

Plus d'information


Expositions

Frank Lloyd Wright, Révolutionner la maison américaine au XXe siècle, Un projet pédagogique partagé. Exposition Campus Lettre et sciences humaines

CAMPUS LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

Vernissage 22 février

Frank Lloyd Wright, Révolutionner la maison américaine au XXe siècle, Un projet pédagogique partagé. Exposition Campus Lettre et sciences humaines

Exposition /
Frank Lloyd Wright, Révolutionner la maison américaine au XXe siècle, Un projet pédagogique partagé.
Vernissage de l'exposition : 22 février 2018

En 2015, le Musée d'Orsay et l'Université de Lorraine se sont associés pour oeuvrer à la meilleure connaissance en France de l'architecte américain Frank Lloyd Wright (1867-1959).
En 2016, le projet s'est enrichi de la collaboration de l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy qui offrit la possibilité d'appréhender de façon spatiale les principes novateurs de Wright grâce à la conception de maquettes. La thématique retenue fut celle des maisons.
L'exposition " Frank Lloyd Wright, Révolutionner la maisonaméricaine au XX e siècle " est l'aboutissement de l'étroite collaboration entre étudiants en Histoire de l'art et élèves-architectes. Les maquettes réalisées en 2017 par les étudiants de l'école d'architecture sont ici accompagnées de textes documentaires rédigés par les étudiants de l'Université de Lorraine et présentées suivant une scénographie conçue par les trois institutions impliquées.

 
Maquette de la maison Pew, photographie Patrice Schmidt, musée d'Orsay. 


Les maquettes ont été réalisées par l'ensemble des étudiants de L2/ promotion 2016-2017 et 2017-2018, et un groupe de L3 / promotion 2016-2017 (soit au total 229 étudiants).

La liste d'oeuvres comporte 15 bâtiments qui ont fait l'objet d'une vingtaine de maquettes.

Projet mené par Gilles Marseille (Université de Lorraine) et Alice Thomine-Berrada (Musée d'Orsay), sous la direction de Daniela Gallo (Université de Lorraine), avec la collaboration de Neil Levine (Harvard University) et Susan Jacobs (Frank Lloyd Wright Building Conservancy).Les maquettes ont été conçues sous la direction de Béatrice Laville et Marie-José Canonica (Licence 2), avec l'intervention de Karine Thilleul (Licence 3) (école nationale supérieure d'architecture de Nancy).

La maquette Pew présentée sur la photographie a été réalisée par les étudiants
de licence 2 de l'année scolaire 2016-2017 : Clémence BERNIGAUD, Charline CALLULIER, Clotilde CHEVRIAU, Edgar DOLMAIRE, Clara MARQUET, Marie ROUX, Adel TAJRI, Capucine ULSAS
et les étudiants de licence 2 de l'année scolaire 2017-2018 - Mathilde ALGRET, Camille BEER, Camille BOUCLAINVILLE, Anaïs CHAPPIS, Marine COLOM, Louise LALLEMAND, Chun Kin TAI

Télécharger le livret de l'exposition (pdf 40 page - 4Mo)

Télécharger l'affiche de l'exposition
Télécharger le flyer de l'exposition

Actualités architecture

exposition / La seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges : débats urbains, patrimoine humain / vernissage 3 février 2018 / Saint-Dié

vernissage 3 février 2018 / Saint-Dié

exposition / La seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges : débats urbains, patrimoine humain / vernissage 3 février 2018 / Saint-Dié




 
En grande partie détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, Saint-Dié a connu un renouvellement spectaculaire au cours des décennies 1950-1960. Célèbre à l'échelle internationale grâce au plan d'urbanisme élaboré en 1945 par Le Corbusier (non réalisé), la cité vosgienne a fait l'objet d'une reconstruction exemplaire conduite successivement par deux architectes nancéiens, Jacques André et Raymond Malot. Le caractère magistral du plan Le Corbusier (qui s'est hissé très tôt au rang d'icône de la modernité), son rejet par les habitants et les débats passionnés qui l'ont accompagné, le pragmatisme des solutions architecturales et urbanistiques adoptées par les reconstructeurs et leur pertinence culturelle au coeur du grand paysage vosgien ont fait de Saint-Dié l'un des témoignages les plus significatifs de la période.

Joseph Abram


L'exposition « La seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges : débats urbains, patrimoine humain » résulte d'une collaboration entre le Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine (LHAC) de l'École d'architecture de Nancy et le musée Pierre Noël de Saint-Dié-des-Vosges.
Elle présente les grandes étapes de l'histoire de la ville : les recherches de Caroline Bauer, Vincent Bradel, Aurélie Husson, Karine Thilleul (enseignants-chercheurs) et de Jade Berger (doctorante) entrent en résonnance afin de dresser un récit chronologique et didactique. Cette exposition à vocation introductive devrait être suivie par d'autres productions collaboratives visant à valoriser et à questionner l'avenir d'un ensemble urbain labellisé « Patrimoine du XXe siècle ».
Mise en espace par Kenneth Rabin, directeur artistique, en collaboration avec Béatrice Laville, scénographe, l'exposition s'accompagne de la parution de deux ouvrages dans la « Collection particulière » des Nouvelles éditions Jean-Michel Place : La Seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges (Karine Thilleul, direction) et Le musée de Saint-Dié par Aldo Travaglini (Jade Berger et Éléonore Buffler). Le vernissage de l'exposition aura lieu au musée Pierre Noël le samedi 3 février à 17h.

Actualités Etudes

Apprendre à voir la ville, apprendre à voir Lunéville - Exposition jusqu'au VEN. 7 AVRIL 2017

Jusqu'au VEN. 7 AVRIL 2017

Apprendre à voir la ville, apprendre à voir Lunéville - Exposition jusqu'au VEN. 7 AVRIL 2017

Apprendre à voir la ville, apprendre à voir Lunéville

UNE EXPÉRIENCE D'ANALYSE MORPHOLOGIQUE, 2013-2016

Exposition Hall galerie // Architecture Nancy
jusqu'au VEN. 7 AVRIL 2017


Derrière l'apparente stabilité des monuments et des espaces publics qui fonde l'identité d'une ville, se jouent au fil du temps d'innombrables transformations, radicales ou imperceptibles, qui en font évoluer le paysage et la structure.

Accompagner cette évolution des « formes » d'une ville pour la mettre au service de ses habitants, impose au préalable d'en découvrir les ressorts, l'histoire et la géographie.

Entre l'automne 2013 et le printemps 2016, près de cent trente étudiants de l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy ont investi le territoire de Lunéville, pour s'initier à ce mode particulier de lecture du monde urbain.

L'exercice dont rend compte cette exposition ne vise pas tant à dresser un portrait architectural et urbain de Lunéville qu'à explorer les multiples facettes de sa morphologie, de la singularité de son ancrage dans la vallée de la Meurthe, à la diversité de ses quartiers et de ses constructions, au delà de son emblématique château.

L'ambition est de forger des regards attentifs à la complexité du monde urbain, qui puissent concevoir des projets d'intervention respectueux de leur environnement, ou des études patrimoniales à l'image de la démarche d' « Aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine » engagée par la ville en 2008 et approuvée en 2014.
Vincent Bradel


 

Expositions

remise des prix architecture pierre 2016

remise des prix architecture pierre 2016

REMISE DES PRIX DU CONCOURS NATIONAL "ARCHITECTURE PIERRE"



Le vendredi dernier, 27 janvier, l'école d'architecture de Nancy a organisé la cérémonie de remise des Prix du Concours national ARCHITECTURE PIERRE en présence des partenaires qui ont financé les dotations.

Sur les 7 projets d'étudiants primés, plusieurs sont de Nancy.

- 1er PRIX-LA PIERRE COMME SOLUTION (Vincent Guichard + Marie Tasse)
- 2ème PRIX-L'OMBRE DU SOIR (Morgane Welter + Francesco Piani)
- 3ème PRIX- DU MATERIAU BRUT AU PARCOURS CONTEMPORAIN (Igor Mesnard + Clément Lorblanchet + Florian Léon)
- PRIX SPECIAL-MONOLITHE (Duvshani Maida)
- PRIX SPECIAL-CENTRE D'INTERPRETATION DE LA PIERRE (Niels Gusching +Meilhac Mélissa) 
- PRIX SPECIAL-IN SPISSUS (Anne-Marie Ducrocq + Florent Mathieu)
- PRIX SPECIAL-MATIERE ET LUMIERE (Sofia Tortorizio)
- PIERRE OBSCURE (Gaëtan Martin + Tom Leblais)
- IMMANENCE ROCHEUSE (Rémi Minvielle)
- EPROUVER LA PIERRE (Hugo Steinmetz)
- L'EXTRUSION PAR LE PERCEMENT (Corenthin Devaux)
- LAPIS (Ulysse Hammaches)
- CONCEPTION D'UN CENTRE D'ANIMATION ET DU PAYSAGE (Guillaume Durand)
- LE PETROGRAPHE (Lisa Chanéac + Lucas Hallé)
- PERMANENCE (Yohann hubert)
- STEREOTOPIE (Philemon Queudet)
- ARCHITECTURE DE PIERRE (Valentin Sambardy)


Pour lire l'article de L'Est Républicain, suivez ce lien


Expositions

vernissage PARIS HAUSSMANN - 30 JANV / 19h / Pavillon de l'Arsenal

vernissage PARIS HAUSSMANN - 30 JANV / 19h / Pavillon de l'Arsenal

30 JANVIER à 19 h

Inauguration de l'exposition
"PARIS HAUSSMANN - Modèle de ville" 


Scénographie de l'exposition "Paris Haussmann"  © Antoine Espinasseau
Scénographie de l'exposition "Paris Haussmann" © Antoine Espinasseau

"Haussmann, préfet de la Seine de 1853 à 1870, a profondément transformé Paris, dessus, dessous, au centre et à sa périphérie. Son nom incarne par extension un siècle de travaux qui déterminent aujourd'hui encore l'organisation urbaine de la ville et l'identité de la capitale. Mais qui penserait aux tracés du Second Empire comme réseau exemplaire de la mobilité ? À l'îlot du XIXe siècle comme outil performant pour la ville durable ? À l'immeuble haussmannien comme archétype de la flexibilité ? La manifestation Paris Haussmann analyse et révèle le potentiel du modèle urbain parisien dans son actualité au regard des enjeux et des défis de la ville de demain.

Procédant comme une démonstration, l'exposition part du trait pour aplatir l'histoire. Plus de 100 dessins, plans, archives, photographies de Cyrille Weiner et de nombreuses maquettes offrent ainsi aux visiteurs une découverte renouvelée de ce patrimoine dans ses différentes échelles. L'exposition redessine, classe et compare les axes, distingue les espaces publics, organise les îlots et les immeubles en fonction de leur géométrie actuelle.

Mitoyenneté, mutabilité, densité, matérialité, compacité, équilibre plein-vide, mixité des activités, ces capacités, révélées dans la manifestation Paris Haussmann, invitent à relire les critères de la conception urbaine actuelle dans un système où les exigences performantielles dialogueraient avec le plaisir d'habiter, où la résilience serait architecture."

Exposition créée par le Pavillon de l'Arsenal
avec le soutien de Schneider Electric
Présentée du 31 janvier au 7 mai 2017

Commissaires scientifiques invités :
LAN - Benoit Jallon et Umberto Napolitano
FBC - Franck Boutté

En savoir plus : https://lc.cx/Jqic

Expositions

EXPOSITION/ FRONDAISONS URBAINES/ DU 19 AU 30 JANVIER

EXPOSITION/ FRONDAISONS URBAINES/ DU 19 AU 30 JANVIER

Du 19 au 30 janvier 2017 

EXPOSITION

FRONDAISONS URBAINES
architecture, territoire et éco-technologies



Face à la mise en danger de l'écosystème dont l'origine serait un réchauffement climatique incontrôlé, Frondaisons urbaines vise à explorer sur de nouvelles bases le lien qui rattache l'architecture en tant que technique, à la nature, en mêlant la construction de dispositifs artificiels à la canopée naturelle, afin d'accentuer son développement et de profiter des effets bénéfiques de filtration et de protection.

Frondaisons urbaines s'inscrit dans les traces des innovations technologiques qui, dans le domaine de l'agriculture et de l'industrie (hydroponie, ingénierie des serres, etc.), visent à préserver les biotopes spécifiques de certaines cultures, pour les appliquer à l'architecture. En incorporant à la fabrication de l'architecture des technologies propres au contrôle de l'environnement naturel, les projets visent à dépasser une politique purement restrictive des normes environnementales pour redécouvrir un plaisir d'habiter à l'aune des éco-technologies.

Dans le cadre du programme de Master 2015-2016 de l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy et du dispositif « Formations innovantes » (Conseil Régional de Lorraine), Frondaisons urbaines a trouvé à Lunéville un lieu d'application propice dans l'ancien domaine du château, dont les limites historiques sont aujourd'hui brouillées par l'agglomération urbaine. Au moment où celle-ci réinterroge la manière de se développer, il s'agit de reconsidérer le lien entre nature et architecture pour organiser la croissance future de son territoire urbain.

Entrée libre
de 9h à 18h du lundi au vendredi
Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle 48,
Esplanade Jacques-Baudot Nancy

télécharger le flyer

Conférences 2016-2017

Architectures proches POUR UNE CULTURE DE LA CONCEPTION / 25 octobre 2016 / conférence et vernissage

Architectures proches POUR UNE CULTURE DE LA CONCEPTION / 25 octobre 2016 / conférence et vernissage


Soirée consacrée à l'agence Cartignies Canonica

mardi 25 octobre 2016 à partir de 18H

18H00    |    Conférence de Karine Thilleul, commissaire de l'exposition,
        enseignante et chercheur au LHAC (Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine)

19h30    |    Vernissage de l'exposition
        en présence des architectes Alain Cartignies et Marie-José Canonica

«Entrer dans le processus de conception d'une agence d'architecture, pénétrer au coeur des logiques dont se nourrit le projet, évaluer la complexité du travail de l'architecte  : tels sont les enjeux de cette exposition, qui propose une rétrospective sur les projets réalisés par Alain Cartignies et Marie-José Canonica.
Établis à Bruyères, dans les Vosges, depuis 1976, les deux architectes sont les auteurs de nombreuses réalisations, récompensées par des prix et publiées dans les revues spécialisées, comme l'école maternelle de Deyvillers (1986), l'IUT d'Épinal (1990), un immeubles de cinquante logement à Paris XII (1993), l'école des cadres territoriaux à Nancy (1996), la MASPA de Gy (2000), le collège de Blénod-lès-Pont-à-Mousson (2002), le restaurant universitaire de Sévenans (2005), le village de gîtes du Lac de la Plaine, dans les Vosges (2009), ou tout récemment la Maison de La Bresse (2013).

Pour ces deux architectes, le travail de conception se doit avant tout de révéler les potentialités du site dans lequel le projet se positionne, tout en tenant compte de ses contraintes afin de les transformer en forces. La question de la distance, de la différenciation, du juste écart entre les éléments est donc essentielle, et s'incarne dans le jeu entre les échelles, dans les relations de proximité, en une tentative de renouvellement de la culture de la conception.»

Karine Thilleul, commissaire de l'exposition

Exposition produite par La Première Rue, Cité Radieuse de Briey
Présentée à l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy du 25 . 10 au 10 . 12 2016  / www.nancy.archi.fr / 2 rue Bastien-Lepage

Expositions

EXPOSITION / LUNEVILLE VILLE VERTE / DU 1ER JUILLET AU 30 SEPTEMBRE 2016

EXPOSITION / LUNEVILLE VILLE VERTE / DU 1ER JUILLET AU 30 SEPTEMBRE 2016

Du 1er juillet au 30 septembre 2016

EXPOSITION
LUNEVILLE VILLE VERTE


Lunéville possède une tradition de l'art des jardins et du maraîchage qui pourrait être réactualisée dans son architecture et son urbanisme à venir. Au croisement des avancées de nouvelles technologies et de la conscience de l'environnement, les étudiants et les enseignants de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Nancy réinventent Lunéville et exposent à la Halle à Grains tout l'été, les maquettes de leurs projets issus d'une pédagogie innovante.



Par son histoire, le territoire de Lunéville est la manifestation concrète du passage d'une utilisation mesurée de la nature (le château et son domaine au XVIIIe siècle) à la ville industrielle, commerciale et pavillonnaire d'aujourd'hui. Cette exposition présente des projets urbains et architecturaux mis en situations réelles à Lunéville. Ils visent un rapport plus équilibré entre écosystème et urbanisation, en explorant des modèles d'habitations associant des situations existantes à de nouveaux milieux naturels. Ils se situent en centre ville et dans les faubourgs, et comprennent des programmes d'habitation, d'équipements et d'espaces publics et commerciaux. L'exposition présente également un prototype à l'échelle 1 pour un pavillon dans le parc du Château de Lunéville qui s'inscrit dans le sillage des petites architectures du xviiie siècle installées dans les jardins du roi Stanislas.

Ces projets urbains et architecturaux pour développer de nouvelles formes d'habiter sont issus d'une recherche initiée depuis plusieurs années par le groupe Ar-Techné (Arnoldo Rivkin, Rémi Rouyer, Sébastien Rinckel) qui travaille sur une recherche appliquée intitulée Canopée architecturale et urbaine. Celle-ci a trouvé un lieu d'application propice à Lunéville dans le cadre du programme «  Formations innovantes  » de l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy. Les maquettes ont été conçues par des étudiants de Master 2 et de Projet de fin d'étude (PFE) de l'ENSarchitecture de Nancy, en partenariat avec une équipe de l'École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires l'ENSAIA.

Les situations présentées sont  :
- Transformation et création d'édifices à usage d'habitation et hôtelier du centre historique de Lunéville
- Aménagement des espaces publics (architectures permanentes et événementielles), Reconversion de l'ancien site industriel Roch,
- Réaménagement des coteaux pavillonnaires du Nord Ouest,
- Requalification des jardins maraîchers.

Cette exposition est une collaboration de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Nancy avec l'Ecole nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires (ENSAIA) et le château des Lumières de Lunéville, avec le soutien du Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle et de la Région Grand Est.

Ouvert tous les jours
de 10h à 12h et de 14h à 18h – sauf les mardis
La Halle à Grains – LUNEVILLE
Entrée libre et gratuite

Information
Tél. 03 83 76 04 75
www.chateauluneville.cg54.fr

Expositions

Exposition / France-Corée / VERNISSAGE MARDI 21 JUIN À 19H

Exposition / France-Corée / VERNISSAGE MARDI 21 JUIN À 19H

exposition
étudiants en architecture 
année France - Corée

vernissage / mardi 21 juin à 19H



Cette exposition initiée en janvier 2016, suite à l'appel à projet lancé par l'Institut Coréen d'Architecture dans le cadre de l'année France-Corée, offre un aperçu de productions d'étudiants-architectes,  en Master,  à  travers une série de 20 projets français et 20 projets  coréens. L'exposition offre une occasion unique de découvrir, comparer, analyser et confronter des projets d'étudiants issus de cultures différentes. 

L'exposition sera  présentée à l'ENSarchitecture de Nancy du 15 au 30 juin 2016 dans le cadre de la Semaine Internationale d'Architecture 2016. L'école accueillera, à cette occasion, une délégation coréenne d'enseignants et d'étudiants. Cette exposition sera ensuite accueillie, à Séoul, en novembre.


Commissariat et coordination générale :
Anne Schéou,  Architecte, Enseignante  à l'ENSarchitecture de Nancy
Présidente du Comité Relations Internationales  

Coordination pour la Corée :
Dae-Seung Bae, Architecte, Professeur à l'université Induk
Tae-Hoon Kim, Architecte, Professeur à l'université Mokpo

Etudiants exposés

Français : 
- Augustin Dupuis
- Ugo Elter 
- Théo Godfroy
- Laure Humbert
- Anais Jeandin
- Sophie Kruger
- Elise Hernandez
- Maxime Guery
- Sylvain Bajolet
- Adeline Klein
- Quentin Meyer
- Louis Vincent
- Manon Maire-Sebille
- Alexia Mathiot
- Perrine Mertes
- Fanny Ohresser
- Baptiste Plançon 
- Manon Poulet
- Lorine Rolet
- Laura Weisbecker 
 
Coréens : 
- Park Hyeon-Min 
- Bae Seung-Hyeon
- Bae Ji-Hee
- Jang Jae-Myung
- Jung Jin-Woo
- Lee Chang-Geun
- Eom Ki-Beom
- On Jin-Sung
- Kim Hee-Wong
- Young Kwang-Choi
- Kim Tae-Eun
- Chung Seung-In
- Im Byung-Soo
- Gwak Min-Hwan
- Jeong Young-Hoon
- Kwon Suk-Youn
- Kim Kyoung-Won
- Kim Ho-Sung
- You Da-Sol
 

Expositions

EXPOSITION / D. BACK & Y. CACLIN / DENSITÉ ET SIMPLICITÉ / Vernissage 10 juin / 18h30

EXPOSITION / D. BACK & Y. CACLIN / DENSITÉ ET SIMPLICITÉ / Vernissage 10 juin / 18h30

Du 10 juin au 23 septembre 2016 / La Première Rue / Briey

EXPOSITION
DOONAM BACK & YANN CACLIN
DENSITÉ ET SIMPLICITÉ / DONNER FORME À L'USAGE

Vernissage le vendredi 10 juin à 18h30


Yann Caclin, lauréat AJAP 2016 et Doonam Back réalisent une exposition à le Première Rue de Briey intitulée "Densité et simplicité / Donner forme à l'usage".
Fondateurs de l'agence ABC et diplômés de l'école d'architecture de Nancy, leurs projets cherchent un langage direct, lié à l'usage et la matière.
Présentée au public du 10 juin au 23 septembre, 
Joseph Abram, architecte enseignant à l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy et chercheur au Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine, est le commissaire de cette exposition.



©Cyrille Lallement


"Tout projet (à quelques exceptions près, que la théorie architecturale a su brillamment discerner) répond à un usage. Mais cet usage n'est pas nécessairement créatif, ou plus exactement, il n'engendre pas mécaniquement, dans le processus de conception de l'oeuvre, une heuristique susceptible de l'enrichir de manière productive. De nombreux projets subissent passivement l'usage. Ils prennent en compte, avec conscience, le programme qui leur est imposé, laissant se déployer dans l'espace, sans rien leur opposer, les demandes préalables. Cette attitude conciliatrice n'est pas celle adoptée par Doonam Back et Yann Caclin. Et pourtant, comme le revendiquent ces jeunes architectes, il existe une continuité absolue entre la demande initiale et l'édifice réalisé... "Un projet, déclarent-ils, naît toujours d'un besoin, il répond à une utilité ordinaire" et les réponses qui en découlent restent intimement liées, d'un bout à l'autre du processus, à ce besoin premier qui offre un fil conducteur à leur approche. Car l'usage ne se réduit pas, dans leur univers, à la destination de l'édifice. Il constitue un garde-fou contre le formalisme. L'usage revêt l'épaisseur du quotidien. Il est traité comme une matière, au même titre que l'environnement physique du projet ou les matériaux de construction et implique, en écho, un travail rigoureux sur la forme. Ce travail puise dans un magma complexe d'informations et d'expériences, de voyages proches et lointains, d'accumulations… Mais la mise en forme du projet aspire à la simplicité afin de préserver les pratiques de tout encombrement symbolique et leur offrir un écrin digne et fluide.Deux pôles virtuels émergent ainsi dans la démarche de l'agence, l'un centré sur le concret du lieu et des personnes, l'autre, diffus, ouvert sur la question climatique et sur la perception, de l'Asie aux États-Unis, d'une culture universelle en fusion. "Nos voyages, expliquent Doonam Back et Yann Caclin, transforment notre regard sur les choses". Comme le montre la cohérence de leurs réalisations (gymnase à Neuves-Maisons / aménagement de combles industriels à Maxéville / extension d'une salle polyvalente à Vagney / passerelle du Haut Fourneau U4 à Uckange…), leur pratique, infiniment subtile, porte en germe une solide théorie du projet qui ne demande qu'à éclore …"

Joseph Abram, Commissaire de l'exposition

Site de la Première Rue

Expositions

EXPOSITION / Carnets de voyage / LUN. 23 MAI AU VEN. 3 JUIN 2016

EXPOSITION / Carnets de voyage / LUN. 23 MAI AU VEN. 3 JUIN 2016

EXPOSITION / LUN. 23 MAI AU VEN. 3 JUIN 2016

Carnets de voyage 

Voyage préparé par A.-M. Crozetière
N. Bagard / N. Depoutot / J. Didelon



Voyage d'études M1 - 2016
Nancy > Monte Carasso > Vérone > Vicence >
Ljubljana > Trieste > Bellinzona > Nancy
du 8 au 15 mai 2016
68 étudiants / 3 enseignants




Télécharger l'affiche de l'exposition

Actualités architecture

Exposition / Zengchong, vivre dans un village Dong au XXIe siècle / vernissage le 21 avril 2016

Exposition / Zengchong, vivre dans un village Dong au XXIe siècle / vernissage le 21 avril 2016

EXPOSITION
Zengchong, vivre dans un village Dong au XXIe siècle 


du 18 avril au 13 mai / vernissage le 21 avril
 

Exposition réalisée par la Cité de l'architecture et du patrimoine à Paris. 
Conception, réalisation, École de Chaillot Lydie Fouilloux, chargée des expositions / Véronique Villaneau-Ecalle, architecte du patrimoine /
 
Émilie Rousseau, Observatoire de l'architecture de la Chine contemporaine.
Travaux réalisés par les élèves de l'École de Chaillot, promotion 2013-2015 du DSA « Architecture et patrimoine » et les étudiants
du College of Architecture and Urban Planning (CAUP), Université Tongji, avec et le soutien du WHITRAP.
 
L'exposition présente les travaux d'analyse de l'atelier croisé de l'École de Chaillot (Paris) et de l'Université Tongji (Shanghai) dans le village chinois Zengchong. 


Zengchong est un village situé dans la province du Guizhou en Chine. Enchâssé dans une boucle de rivière à 640 m d'altitude, il est entouré de collines découpées en terrasses. Le village constitue un ensemble bâti remarquable dans un environnement préservé comme en témoigne la « Tour du tambour », classée au niveau national, et les « ponts du vent et de la pluie », lieux de rassemblements quotidiens et festifs. La population, majoritairement composée de l'ethnie Dong possède une maîtrise ancienne des systèmes hydrauliques pour l'irrigation et la canalisation des eaux.


 
CONFÉRENCES

21 avril à 18H / amphi B
SHANGHAI ET LE DELTA DU YANGTSÉ. 
LE TERRITOIRE TECHNIQUE DE LA VILLE GÉNÉRIQUE

Rémi Ferrand, architecte, enseignant à l'ENSArchitecure de Nancy
+ vernissage à partir de 19h30
 
 
28 avril à 18h  / amphi B
LE GUIZHOU, UN TERRITOIRE PATRIMONIAL 
SOUS PRESSION URBAINE

Régis Ambroise, ingénieur agronome

Programmation proposée par Vincent Bradel et Marc Verdier, architectes enseignants à l'ENSarchitecture de Nancy
suite à leur voyage d'étude «Séminaire en marchant» effectué en Chine dans la province du Guizhou en juillet 2014.

Expositions

Exposition AME / ALGORITHMES / 24 fév. au 11 mars / hall des amphi

Exposition AME / ALGORITHMES / 24 fév. au 11 mars / hall des amphi

Du mercredi 24 février au vendredi 11 mars 2016 / Hall des amphithéâtres

Exposition AME / ALGORITHMES
Travaux d'étudiants : création d'escaliers paramétriques


MODELISATION PARAMETRIQUE ?

Nous sommes de plus en plus familiarisés avec les modèles 3D. Les jeux vidéo, infographies que nous voyons au quotidien y sont pour quelque chose.
Il s'agit de modèles géométriques constitués de points, de faces et de volumes qui, assemblés, permettent de représenter un objet réel ou imaginé. Mais savez-vous ce qu'est la modélisation paramétrique ?

Si nous vous demandions de dessiner un carré sur un morceau de papier, vous seriez obligé de lui donner une mesure. Car le dessiner, le représenter, le modéliser, c'est lui donner une mesure : votre carré fait-il 4cm de côté, ou bien seulement 2 ... ? Mais quelle que soit sa dimension, un carré sera identifié comme tel s'il respecte la règle de construction des carrés.

La modélisation «paramétrique» est une manière de «parer» l'obligation d'affecter une mesure à un objet pour le modéliser, en utilisant plutôt les règles (géométriques et autres) qui le définissent. Il s'agit de créer une suite d'opérations qui vont générer l'objet désiré. Cette suite d'opérations s'appelle un algorithme.


PLUS CONCRETEMENT :

Réaliser une modélisation paramétrique d'un objet revient donc à créer l'algorithme qui va permettre de le générer. C'est une manière assez inhabituelle de fonctionner pour la plupart des gens, mais voyons comment créer un algorithme.

Tous les modeleurs paramétriques fonctionnent de manière similaire : il s'agit d'agencer et de connecter des «boîtes» qui réalisent chacune une opération. Chaque boîte qui réalise une opération est constituée d'une ou plusieurs entrées et d'une ou plusieurs sorties. Les entrées sont les données dont elle a besoin pour réaliser son opération, et les sortie(s) corresponde(nt) au(x) résultat(s) obtenu(s).

La modélisation paramétrique peut notamment permettre, en architecture comme en design, de modéliser des formes complexes et de générer des variantes, puisque les valeurs d'entrée restent modifiables à tout moment. Dans un algorithme, il est également possible d'intégrer des contraintes (comme dans l'exemple ci-contre du cube, qui appelle l'égalité entre ses trois dimensions de longueur, largeur et hauteur).


LES TRAVAUX PRÉSENTÉS

Les étudiants de cinquième année en master Architecture, Modélisation, Environnement présentent dans cette exposition leurs travaux qui concernent une modélisation paramétrique d'escalier. L'exercice consistait à choisir un escalier intéressant pour son design et sa construction géométrique, à en extraire les règles de construction puis à réaliser un algorithme qui permet de créer des variantes de ce même escalier. L'objectif était donc pour eux de livrer un algorithme qui permet d'obtenir une modélisation fidèle au modèle de départ, et de respecter automatiquement les différentes règles dimensionnelles auxquelles sont assujettis les escaliers.

Enseignante : Elodie HOCHSCHEID

Télécharger l'affiche de l'exposition

Expositions

Conférence C. Coley + Vernissage Exposition Henri Prouvé / MAR 1er MARS / 18h / Amphi B

Conférence C. Coley + Vernissage Exposition Henri Prouvé / MAR 1er MARS / 18h / Amphi B

Exposition du 1er au 9 mars 2016
/ Hall de l'ENSarchitecture de Nancy

Exposition Henri Prouvé, architecte.
De la poésie du détail à l'expérimentation spatiale

Conférence Catherine COLEY
et
Vernissage mardi 1er mars à 18h


Fils du peintre Victor et frère cadet du célèbre constructeur Jean, Henri Prouvé (1915-2012) a accompli ses études à l'École des Beaux-arts de Paris. Formé sur le terrain aux côtés de son frère dans les Ateliers de Maxéville, il mène ensuite à partir des années 1950 ses activités de manière autonome, réalisant au cours d'une très riche carrière des édifices comme la tour Joffre Saint-Thiébaut à Nancy ou l'église Saint-François d'Assise de Vandoeuvre-lès-Nancy. 

L'ENSarchitecture de Nancy et le Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine (LHAC) se sont mobilisés dans le cadre du centenaire de la naissance d'Henri Prouvé pour mettre en valeur dans une exposition six de ses réalisations, regroupées autour de trois thématiques programmatiques (logement groupé, logement individuel, enseignement) aux côtés des Archives Modernes de l'Architecture Lorraine, du CAUE de Meurthe-et-Moselle et de la Maison de l'Architecture de Lorraine.

→ Conférence C. Coley / mardi 1er mars 2016 / 18h / Amphi B
→ Vernissage mardi 1er mars 2016 à 18h
→ Exposition jusqu'au mercredi 9 mars 2016



→ Le vernissage sera précédé d'une conférence de Catherine Coley, historienne et chercheur aux Archives de l'architecture moderne en Lorraine (AMAL), Béatrice Laville (architecte et enseignante, ENSarchitecture de Nancy) et Karine Thilleul, enseignante-chercheur à l'école et commissaire de l'exposition.





Ci-dessus : Ilot Joffre-Guynemer, Nancy, Henri Prouvé architecte (AD54, fonds Henri Prouvé)

Image d'illustration de l'article : Maison Brajzblat, Nancy, Henri Prouvé architecte (AD54, fonds Robert Anxionnat/AMAL)

Expositions

Exposition / Gion A. Caminada / Vernissage mer. 10 février à 18h / Faculté d'architecture de Liège

Exposition / Gion A. Caminada / Vernissage mer. 10 février à 18h / Faculté d'architecture de Liège

Du Jeudi 11 au Vendredi 26 février 2016 / de 13h à 17h / Salle Capitulaire
Site Outremeuse / Faculté d'architecture de Liège

Exposition
Gion A. Caminada
S'approcher au plus près des choses
Vernissage mercredi 10 février à 18h
Auditoire 2 / Site Outremeuse / Faculté d'architecture de Liège


" S'approcher au plus près des choses qui nous accompagnent - l'espace, la topographie, la matière, la construction – est mon exigence en architecture. Par-delà leur spécificité matérielle, ces éléments sont reliés à des significations, des émotions et des évènements : en tant que composantes d'une culture, ils sont des points de départ importants pour le projet architectural. "
Gion A. Caminada


Les architectures de Gion A. Caminada s'inscrivent dans le tissu des gestes des êtres qu'elles abritent, des communautés qu'elles rassemblent. Elles naissent des lieux qui les reçoivent, elles les façonnent en retour. Elles se nourrissent des imaginaires locaux tout autant que de formes architecturales universelles. Dans son village natal de Vrin ou plus loin en Suisse au-delà des Grisons, bâtiments agricoles, écoles, auberge ou maison funéraire, tissent indissociablement les dimensions spatiales, symboliques, culturelles et politiques de l'architecture.

Dans l'exposition présentée à Liège, les maquettes d'étude, ses esquisses, ses lectures, ses propres écrits, les images qui l'inspirent, dévoilent une part de la genèse de ses projets. Ils rendent compte du chemin emprunté par les pensées, par le corps de l'architecte. Ils permettent de s'approcher au plus près des choses qui rendent les réalisations de Gion A. Caminada si vivantes.

Emeline Curien, Commissaire de l'exposition
Exposition réalisée par la Première Rue à Briey-en-Forêt. 

 

Expositions

Exposition / Analyse d’édifice - Master 1.1 / Vernissage mercredi 16 décembre 2015

Exposition / Analyse d’édifice - Master 1.1 / Vernissage mercredi 16 décembre 2015

Exposition
Analyse d'édifice
Master 1.1 / Manuela Franzen
16 déc. 2015 - 15 jan. 2016
Vernissage / Mercredi 16 décembre à 13h


L'analyse d'un édifice s'attache à mettre en évidence les particularités d'un projet. Cette année, cette analyse passe par la considération de la singularité du travail que mènent les architectes sur le thème du logement.

Découvrez 17 architectes du début du XXème siècle jusqu'à nos jours et leurs réflexions et productions sur le thème du logement et de la ville.


Expositions

Exposition Architectures en Champagne-Ardenne

Exposition Architectures en Champagne-Ardenne

Exposition "Architectures en Champagne-Ardenne"


A la découverte de 21 projets architecturaux primés en Champagne-Ardenne. Ce palmarès montre la vitalité régionale de la profession d'architecte malgré les difficultés conjoncturelles et le rôle essentiel des architectes pour assurer la qualité humaine et esthétique de notre cadre de vie. 
Sous l'impulsion de la Maison de l'architecture de Champagne-Ardenne, 120 réalisations récentes de la région et dont la conception a été réalisée par des architectes inscrits au CROA de Champagne-Ardenne ont été présentées en juin dernier à un jury de professionnels pour établir un premier palmarès 2014. Les catégories sont l'habitat individuel, collectif, les lieux d'enseignement, de culture et de sport, les aménagements extérieurs, la santé et le social et les lieux de travail et d'activités.

Exposition présentée du 9 au 20 novembre 2015
 

Expositions

exposition cartignies canonica / Cité Radieuse de Briey / du 17 octobre au 31 décembre 2015

exposition cartignies canonica / Cité Radieuse de Briey / du 17 octobre au 31 décembre 2015



EXPOSITION "AGENCE CARTIGNIES-
CANONICA :
ARCHITECTURES PROCHES, POUR UNE CULTURE DE LA CONCEPTION"
 
Entrer dans une agence d'architecture, mettre en lumière les processus de conception, pénétrer au coeur des logiques dont se nourrit le projet : tels sont les enjeux de cette exposition, qui propose une rétrospective sur le travail d'Alain Cartignies et Marie-José Canonica au travers de dix-sept édifices. Établis à Bruyères, dans les Vosges, depuis 1977, les deux architectes ont conçu au cours de leur carrière plus de deux cents projets, très souvent dans le cadre de concours publics ; une centaine d'entre eux ont été réalisés, dont nombre ont été récompensés par des prix et publiés.
 
L'exposition est présentée à La Première Rue, à la Cité Radieuse de Briey (54) du 17 octobre au 31 décembre 2015. Mise en espace dans deux duplex de la Cité Radieuse, elle présente de nombreux documents originaux et près de 90 maquettes.
 
Production: La Première Rue, Cité Radieuse de Briey
Scénographie, graphisme et textes : Agence Canonica-Cartignies avec Karine Thilleul
Photographies : Philippe Ruault, Pascal Volpez, Agence Canonica-Cartignies
Commissaire : Karine Thilleul (LHAC, ENSArchitecture-Nancy)




 

Expositions

Inauguration de l'installation Grazie Pippo - Mardi 20 octobre à 18h15

Mardi 20 octobre - 18h15

Inauguration de l'installation Grazie Pippo - Mardi 20 octobre à 18h15

Inauguration de l'installation "Grazie Pippo"
Mardi 20 octobre - 18h15 à l'ENSarchitecture

Ce soir à 18h15, dans le patio de l'ENSarchitecture de Nancy se tiendra l'inauguration de l'installation de Nicolas Depoutot "Grazie Pippo"

"Grazie Pippo !" est une expérience anachronique - hommage dédiée à Brunelleschi. L'ambition de cette installation est seulement de mettre en place un autre jeu d'oeilleton, de panneaux et de miroirs qui permet de s'interroger sur ce qu'on voit, sur ce qu'on représente et sur la façon de faire l'un et l'autre.

 

Au même titre que l'invention de l'imprimerie et la découverte de l'Amérique, l'invention de la perspective a bouleversé l'histoire du monde occidental. Ainsi, l'expérience de ‘la tavoleta' menée il y a 600 ans au coeur de la ville de Florence par Filippo Brunelleschi est un moment clef de l'histoire des arts et des sciences. Par un astucieux jeu de tablettes et de miroirs, troués ou non d'oeilletons, cet architecte et homme des arts aurait démontré in situ la justesse d'un mode de représentation de l'espace qui s'est désormais imposé à nous, après avoir été théorisé par Alberti.

 

Expositions

exposition caminada - S’approcher au plus près des choses

exposition caminada - S’approcher au plus près des choses

Gion A. Caminada - S'approcher au plus près des choses

Exposition présentée dans le cadre du Séminaire urbanisme rural durable
 
Les constructions de Gion A. Caminada s'inscrivent dans le tissu des gestes des êtres qu'elles abritent, des communautés qu'elles rassemblent. Elles naissent des lieux qui les reçoivent, elles les façonnent en retour. Elles se nourrissent des imaginaires locaux tout autant que de formes architecturales universelles. Dans son village natal de Vrin ou plus loin en Suisse au-delà des Grisons, ses bâtiments agricoles, ses écoles, son auberge ou sa maison funéraire, tissent indissociablement les dimensions spatiales, symboliques, culturelles et politiques de l'architecture.
Maquettes d'étude, esquisses, lectures et écrits dévoilent une part de la genèse de ses édifices. Ils rendent compte du chemin emprunté par les pensées, par le corps de l'architecte. Plans d'exécution et de détails montrent quant à eux comment ces intentions irriguent l'ensemble des projets, jusqu'au choix des matériaux et de leur mise en oeuvre. Ces documents sont un premier pas pour tenter de s'approcher au plus près des choses qui rendent les réalisations de Gion A. Caminada si vivantes.
 
Commissariat : Emeline Curien
Chercheur associé au LHAC (ENSArchitecture Nancy)

Exposition présentée du 14 au 30 octobre 2015
 

Expositions

exposition / 50 ans de la Moselle Grand Gabarit / SIA 2015

exposition / 50 ans de la Moselle Grand Gabarit / SIA 2015

Exposition



du 20 juin au 3 juillet 2015
galerie d'exposition

50 ans de la Moselle grand gabarit

Une voie d'eau au coeur de l'Europe...

L'ENSarchitecture de Nancy, dans le cadre de la semaine internationale d'architecture 2015, présentera en partenariat avec VNF l'exposition
« 50 ans de la Moselle grand gabarit » ainsi que le documentaire vidéo qui présente les différentes facettes de cette rivière entre Coblence et Neuves-Maisons.

Une exposition réalisée dans le cadre des festivités des 50 ans de la Moselle canalisée à grand gabarit, accompagnée d'un documentaire vidéo qui présente les différentes facettes de cette rivière entre Coblence et Neuves-Maisons.

Expositions

Centre Pompidou Metz / Changement horaires + Gratuité pour étudiants

Centre Pompidou Metz / Changement horaires + Gratuité pour étudiants

Depuis son ouverture, le Centre Pompidou-Metz développe des actions d'accompagnement et de fidélisation pour le public étudiant. Une attention particulière est apportée aux établissements de l'enseignement supérieur pour favoriser l'accès des étudiants à la culture.

Nouveautés à partir du 1er avril 2015 :
Dans un effort constant d'ouverture et afin de faciliter l'accès à l'art moderne et contemporain, la gratuité des espaces d'exposition est proposée aux étudiants.
Cette mesure est complémentaire à toutes les actions et les partenariats prévus à destination de la population étudiante.

A compter de cette date, le  Centre Pompidou-Metz modifie ses horaires :
du 1er avril au 31 octobre 2015
lundimercredijeudi : 10h-18h
mardi : fermeture
vendredisamedi et dimanche :  10h-19h

du 1er novembre au 31 mars 2015
du lundi au dimanche :  10h-18h
mardi : fermeture

Conférences 2014 2015

Conférence Jean-Philippe MATTEI mardi 24 mars 17h à l'école d'architecture de Nancy (amphi B)

Conférence Jean-Philippe MATTEI mardi 24 mars 17h à l'école d'architecture de Nancy (amphi B)

Jean-Philippe Carré-Mattéi est invité à la rencontre Arts architecture organisée le 24 mars 2015 à l'école d'architecture de Nancy, à 14H30 (inscription nécessaire "Gregory STOCKY" <gregory.stocky@nancy.archi.fr>). Il interviendra à 17H dans l'amphithéâtre B.

Il participe à la mission photographique de la DATAR, France(s) Territoire Liquide, recherche collective sur le paysage français débutée en 2011. La mission a pour but de bâtir une vision inédite du paysage français en rendant compte de la mouvance de ses frontières réelles et virtuelles. 43 photographes sont impliqués, 7 sont accueillis actuellement au Centre Culturel André Malraux pour exposer leurs travaux, dont Jean-Philippe Carré-Mattéi, et sa « Topographie de la disparition ».

Jean-Philippe Mattei participe actuellement à l'exposition France(s) Territoire Liquide pour celles/ceux qui le souhaitent : 
— vernissage au CCAM, mar 24 mars, à compter de 19:00 en présence de 5 des 7 photographes présentés
à savoir Emilie Vialet / Aude Sirvain / Jean-Philippe Carré-Mattéi / Albin Millot / Guillaume Martial
— visite commentée le 25 mars 2015 à 17:30 en galerie avec 4 des 7 photographes présentés (Emilie Vialet / Aude Sirvain / Jean-Philippe Carré-Mattéi / Albin Millot)
rencontre réservée aux enseignants / universitaires / journalistes / animateurs — sur réservation car nombre de place limitées)

Site du Centre Culturel André Malraux

Expositions

Exposition Histoire(s) de cités / Vernissage Ven 13 mars / 18h30 / La première rue / Briey

Exposition Histoire(s) de cités / Vernissage Ven 13 mars / 18h30 / La première rue / Briey



Mélissa Bellesi, ancienne étudiante de l'école d'architecture de Nancy, expose son travail photographique Histoire(s) de Cités à La première rue de Briey.

Exposition du vendredi 13 mars au vendredi 29 mai 2015
Vernissage le vendredi 13 mars 2015 à 18h30
RDV dans les locaux de l'Association La Première Rue, au premier étage de la cité Radieuse le Corbusier


Commissaire de l'exposition : Élise Pagel-Prévoteau (ancienne étudiante de l'ENSarchitecture de Nancy)


"Autrefois, le mot "cité" évoquait le coeur des villes. De LA Cité. Puis d'un glissement sémantique, la cité est devenue le contour, paradoxalement tout ce qui n'est plus le centre. Entre ces deux acceptions et à la fois l'une et l'autre, on y trouve nos cités ouvrières. Elles ne sont ni le coeur d'une ville, ni son contour, mais possèdent le coeur d'une époque et d'une Histoire, ainsi que de toutes celles des Hommes qui l'ont habitée. Elles ne sont pas des quartiers, elles sont des cités. La cité Sainte-Barbe, la cité Jules Vallès, les cités de la Butte…, pour n'en citer que quelques-unes. Elles représentèrent une révolution dans l'urbanisme des villes industrielles, offrant aux habitants issus d'une classe sociale jusque-là dévalorisée une maison, un jardin et des commodités que l'on peinait encore à trouver ailleurs. L'industrie passant, les populations changeant, elles demeurent encore reconnaissables dans nos paysages urbains, comme les vestiges d'un temps révolu."

Mélissa Bellesi nous propose une fine analyse de la capacité d'adaptation des cités ouvrières à travers les générations. Son regard d'architecte en révèle les multiples combinaisons et typologies, à mi-chemin entre un habitat traditionnel et pavillonnaire, de la maison jumelée aux logements en bande. Mais loin du caractère austère et répétitif qu'on leur prête, les cités ouvrières dévoilent leurs seuils et leurs rues, fourmillant de détails et d'anecdotes. L'espace habité déborde des murs des maisons pour contaminer celui de l'espace public, emprunt encore d'une certaine liberté d'appropriation. Enrichi par les visites et les témoignages, le message de Mélissa n'est pas neutre et ne se limite pas à un simple relevé descriptif. Baignée depuis son enfance par ces paysages ouvriers, elle remet au centre de la question du logement le rôle actif de l'habitant, et nous conte, sans en avoir l'air, une partie de sa propre histoire.


Programme 2015 de La Première Rue

Expositions

Exposition AU FIL DES RUINES / Vernissage Ven 13 mars / 18H30 / La première rue / Briey

Exposition AU FIL DES RUINES / Vernissage Ven 13 mars / 18H30 / La première rue / Briey



Adeline Vigneron, diplômée de l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy et scénographe de la Folle Journée de l'Architecture 2014, expose son travail photographique Au fil des ruines à La première rue de Briey.



Exposition du vendredi 13 mars au vendredi 29 mai 2015
Vernissage le vendredi 13 mars 2015 à 18h30

RDV dans les locaux de l'Association La Première Rue, au premier étage de la cité Radieuse le Corbusier



Commissaire de l'exposition : Élise Pagel-Prévoteau (ancienne étudiante de l'ENSarchitecture de Nancy)

S'il est rare qu'on les remarque, il est encore moins probable qu'on s'y arrête. Lieux interlopes pour beaucoup, témoins voués à disparaître pour d'autres, les bâtiments en ruines éveillent au contraire la curiosité et l'imagination d'Adeline Vigneron. Un trajet quotidien, un moment de rêverie à bord d'un train, une promenade le long du canal, une randonnée en montagne... à toute occasion, elle recueille indices et souvenirs pour plus tard explorer plus en profondeur ces "oeuvres du temps".

Ces rencontres hasardeuses ont évolué au fil des années en une quête minutieuse. Loin de vouloir les classer par genre, Adeline tisse des liens entre toutes ces "ruines". Soustraits de leur usage, et parfois à un état d'abandon avancé, les bâtiments se confondent. Ainsi, jouant des similitudes, ses photographies évoquent à la fois la ruine romantique du XVIIIe siècle, des friches industrielles, des totems gigantesques ou des décors de cinéma.

Après ses premières impressions, libres de tout jugement, Adeline gratte différentes strates et se documente ensuite sur le lieu visité. "Archéologue" dans sa manière d'identifier les usages passés, elle redevient architecte quand elle s'interroge sur les matériaux, sur les exploits techniques de l'époque et sur la place des ruines dans nos paysages contemporains. Qu'elles continuent leur lente mutation, qu'elles soient démolies ou retrouvent une nouvelle fonction, nous ne restons pas indifférents à leur devenir.

Marquées par l'obsolescence de leur usage, les ruines rappellent un contexte économique actuel incertain. Et pourtant, explorer un bâtiment délaissé, voire oublié, c'est s'accorder une pause, un court voyage dans le temps, loin d'un monde en perpétuel mouvement. Rejetant alors la nostalgie et la mélancolie, nous suivons les pas d'Adeline qui nous entraîne dans ses aventures, où temporalités et réalités se confondent.


Programme 2015 de la Première Rue

Expositions

Derniers jours de l'exposition AJAP

Derniers jours de l'exposition AJAP



Profitez des dix derniers jours de l'exposition « AJAP - Albums des jeunes architectes et paysagistes » présentée à l'école d'architecture de Nancy pour venir retirer les feuillets de présentation (mis à disposition gratuitement) pour chacun des 18 lauréats de cette promotion 2014.
 
Amphi A | Galerie d'exposition
Entrée libre et gratuite
du lundi au vendredi de 8h à 20h

Parmis les équipes retenues figurent les Nancéiens de StudioLada / Christophe Aubertin, Xavier Géant, Agnès Hausermann, Eléonore Nicolas, Benoît Sindt, tous diplômés de l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy.
 

Expositions

Exposition AJAP 2014 - du 20 janvier au 20 février 2015 à l'ENSarchitecture de Nancy

Exposition AJAP 2014 - du 20 janvier au 20 février 2015 à l'ENSarchitecture de Nancy

Les Albums des Jeunes Architectes et Paysagistes 2014

première présentation en région à l'ENSarchitecture de Nancy du 20 janvier au 20 février 2015 - du lundi au vendredi de 8h00 à 20h00
galerie d'exposition de l'école
soirée table ronde + vernissage le mercredi 4 février 2015 (réservez cette date !)



L’exposition des « Albums des jeunes architectes et paysagistes » relaie tous les deux ans la politique du ministère de la Culture et de la Communication en faveur des jeunes architectes et paysagistes. Cette promotion des AJAP 2014 distingue 13 équipes d’architectes et 5 équipes de paysagistes de moins de 35 ans. Présentée à la Cité de l’architecture & du patrimoine en avant-première, l’exposition sera présentée à l'école d'architecture de Nancy du 20 janvier au 20 février 2015.

Parmis les 13 équipes retenues figurent, les Nanceiens de StudioLada / Christophe Aubertin, Xavier Géant, Agnès Hausermann, Eléonore Nicolas, Benoît Sindt, tous diplômés de l'école

site web : AJAP2014

Les 13 équipes d’architectes et les 5 équipes de paysagistes sélectionnés :

Architectes
ATELIERPNG Antoine Petit, Nicolas Debicki, Grichka Martinetti
BNA Boris Nauleau
BOIDOT ROBIN Julien Boidot, Émilien Robin
BORIS BOUCHET ARCHITECTES Boris Bouchet
ELIAS GUENOUN ARCHITECTURE Elias Guenoun
LE LABORATOIRE D’ARCHITECTURE Mounir Ayoub
LOÏC PICQUET ARCHITECTE Loïc Picquet
MARS ARCHITECTES Julien Broussart, Raphaël Renard
NEM / NINEY ET MARCA ARCHITECTES Lucie Niney
ONSITE Marie Zawistowski
R ARCHITECTURE Alice Wijnen
STUDIO 1984 Jordi Pimas Megias, Marina Ramirez Ruiz, Jean Rehault
STUDIOLADA ARCHITECTES Christophe Aubertin, Xavier Géant, Agnès Hausermann, Eléonore Nicolas, Benoît Sindt

Paysagistes
ATELIER ALTERN PAYSAGISTES Sylvain Morin, Aurélien Zoia
ATELIER SENSOMOTO Sylvain Delboy
BASSINET TURQUIN PAYSAGE Grégoire Bassinet, Rémy Turquin
LA PLAGE ARCHITECTURE & PAYSAGE Guillaume Derrien, Gauthier Le Romancer
TRAJECTOIRES Clémentine Henriot, Laure Thierrée



 

Actualités architecture

Exposition Architecture fragile / Galerie Neuf

Exposition Architecture fragile / Galerie Neuf

La maison de l'architecture de Lorraine et l'ENSarchitecture de Nancy, dans le cadre du cycle "voir faire et montrer" présentent l'exposition :

«Architecture fragile»

Action architecturale de Guilhem Vincent




Du 9 au 16 Octobre 2014
Galerie Neuf - 9 rue Gustave Simon - Nancy
Vernissage vendredi 10 Octobre à 18h
+ causerie « Architecture fragile ? » le 14 Octobre à 18h
Ouvert tous les jours de 9h à 22h

Le quotidien est une matière qui résiste. D’une évidente clarté et d’une intrigante profondeur, il constitue la matière même de notre vie, dans toutes ses tensions, ses bifurcations, ses ruptures. Irréductiblement nôtre, collant à la peau comme un imperméable humide, mais toujours s’échappant, dépassant de toutes parts les circonscriptions de notre être. Il est cette matière qui nous habite et nous anime, que nous construisons par la succession de nos gestes et de nos habitudes.

« Architecture fragile » en fait un outil de résistance. L’architecture fragile est une manière de penser, en construisant, et de construire, en habitant. « Architecture fragile » est une installation/performance multifocale qui met en place des dispositifs spatiaux et sociaux dans lesquels s'installent les vies, les corps, les gestes, pour interroger le rôle et la place de l’architecte à l’articulation de la vie quotidienne, de la création artistique et architecturale, de la performance et de la discussion. Architecture fragile est une mise en tension, une invitation à la construction, pour, dans la brèche ouverte entre le social et le spatial, entre les gestes et les mots, faire émerger leur fragile universalité.

http://architecturefragile.tumblr.com
http://maisondelarchi-lorraine.com
 

Actualités architecture

Utopies Urbaines / Exposition Metz

26 août - 27 septembre 2014

Eglise des Trinitaires à Metz

Utopies Urbaines / Exposition Metz

Utopies urbaines / une certaine idée de la modernité

26 août - 27 septembre 2014
Eglise des Trinitaires à Metz



L’exposition Utopies urbaines, une certaine idée de la modernité, réalisée dans le cadre du cycle « Architecture contemporaine à Metz » initié en 2011, propose de se pencher sur trois projets d’urbanisme inaccomplis du XXe siècle, de l’Entre-deux-guerres aux années 1990.

Fruit d’un heureux hasard, l’exposition est née de la découverte de maquettes de bâtiments ou de quartiers non réalisés, oubliés mais dont la trace a heureusement été préservée. Cette redécouverte a fait naître l’envie de se pencher sur ces projets urbains et de s’interroger sur les autres formes qu’auraient pu prendre Metz s’ils avaient abouti. Ils appartiennent aujourd’hui à un espace d’entre deux. Réels par les quartiers qu’ils modifient et qu’ils redessinent, irréels par l’impossibilité de voir leur matérialisation concrète dans l’espace urbain un jour.

L’exposition invite également à découvrir de quelle manière la pensée de la modernité urbaine s’est développée à Metz mais aussi la façon dont les temps passés, pas si éloignés, imaginaient leur futur. Chaque projet porte en lui des idéaux et une esthétique propres à leur temps.

Grâce à des reproductions de plans, d’esquisses et de dessins mais également des maquettes d’époque restaurées par deux étudiants de l’Ecole d’architecture de Nancy, le plan d’aménagement et d’embellissement de l’urbaniste Henri Prost, la rénovation urbaine du Pontiffroy et le programme grandiose de la place Coislin seront dévoilés.

Ces projets, définitivement irréalisables, n’existent plus que dans les archives, dans l’imaginaire des chercheurs et aujourd’hui dans le regard et l’intérêt du public qui les découvre. Ils sont devenus, a posteriori, des utopies, u-topos, étymologiquement, des « lieux de nulle part ».

http://metz.fr/agenda/fiche-12395.php
 
Dorothée Rachula

Expositions

Grande exposition de fin d'année

Grande exposition de fin d'année



La fin de l'année approche ! Beaucoup d'événements pédagogiques
et culturels ont marqué cette année 2013/2014.

L'école d'architecture de Nancy souhaite en rendre compte au travers
de la Grande Exposition de Fin d'Année du 7 au 19 juillet et du 1er au 19 septembre 2014, qui présente diplômes, maquettes, travaux d'étudiants de la Semaine Internationale d'Architecture, recherche et lauréats !

Actualités diverses

1ère édition - 10 avril 2014

Journée des arts et de la culture dans l'enseignement supérieur

À l'occasion de la 1ère Journée des arts et de la culture dans l'enseignement supérieur, initiée par le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche et le ministère de la Culture et de la Communication (http://journee-arts-culture-sup.fr/), l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy organise plusieurs événements de transmission et de diffusion de la culture architecturale à destination de ses étudiants, mais également du grand public.

Du 7 au 25 avril 2014 - Exposition

Exposition « Architecture, une mosaïque » - Galerie d'exposition

En 40 années d’existence, l’ENSarchitecture de Nancy a formé et diplômé plus de 1 500 architectes. Aujourd’hui, ces anciens élèves, formés dans un environnement universitaire et professionnel, oeuvrent au contact des entreprises comme des particuliers. Qu’ils travaillent en qualité de maîtres d’oeuvre, d’urbanistes, d’artistes ou encore d’enseignants, tous sont par essence des chercheurs. L’expo­sition “Architecture, une mosaïque » présente les affiches monographiques réalisées par ces architectes diplômés de l’école. Chaque affiche présente ainsi les recherches, les projets et les réalisations de nos anciens étudiants. Elles témoignent de la grande diversité des parcours rendue possible par un ensei­gnement ouvert qui s’attache à révéler les singularités de chacune et de chacun.

Entrée libre. Du lundi au vendredi de 8h00 à 20h00.

Mardi 8 avril 2014 à 18h00 - Conférence


Conférence « Les campus universitaires français des années 1960 : que sauvegarder ? » Jean-Paul MIDANT, enseignant historien à l’École d’architecture de Paris-Belleville. Amphi A (rez-de-chaussée).

Entrée libre, tous publics.

Mercredi 9 avril 2014 à 18h00 – Table ronde


Table ronde sur le thème de la « Médiation architecturale et urbaine », ou comment transmettre l'architecture selon différents publics. Échanges et propositions de médiation illustrés par des exemples et retours sur des expériences concrètes.
Avec l'intervention de professionnels de l'architecture, de la médiation, de l'éducation et de la transmission :

Cécile BANDO, Université de Lorraine (Metz)
Marie-Claude DEROUET-BESSON, Institut français de l'éducation (Paris)
Claudine GUIDAT, Professeur à l'Université de Lorraine (Nancy)
Mathilde KEMPF, Agence d'architecture Lagadec Kempf (Bruxelles)
Régis MADDALON, Fédération française du bâtiment (Nancy)
Claude MILLERAND, Association des Paralysés de France (Nancy)

Modérateur de la table ronde : Bernard DRUESNE, spécialiste en ingénierie de la communication (Nancy)

Entrée libre, tous publics. Amphi A (rez-de-chaussée).

Jeudi 10 avril 2014 de 8h30 à 18h00 – Journée Verticale


La journée verticale est un dispositif original du programme pédagogique de l'École d'architecture de Nancy qui permet, une journée par semestre, de faire travailler les étudiants-architectes en équipes inter-cycles (licence-master-doctorat) sur un thème particulier.
Le thème retenu pour la journée du 10 avril prochain est l'éducation artistique et culturelle en architecture notamment la médiation architecturale et urbaine. Elle s'inscrit dans le cadre de la Journée Nationale des Arts et de la Culture dans l'Enseignement supérieur, relayée en région par l'Université de Lorraine.
Chaque équipe d'étudiants devra identifier un "objet" architectural et construire un dispositif pédagogique original afin d'en assurer la médiation auprès d'un type de public choisi, par exemple : "jeune public" ; "grand public/tous publics" ; "publics en situation de handicap" ; "institutionnels et élus" ; "professionnels du bâtiment" ; "touristes" ; "habitants/usagers" ; "séniors" …
Les travaux des étudiants-architectes seront restitués en fin de journée à l'école d'architecture devant un jury composé de personnalités issues de l'Université, de l'Éducation Nationale, du BTP...

Affichage des travaux et jury dès 18h00.
Entrée libre.

Jeudi 10 avril 2014 à 14h30 – Conférence


Participation de l'École d'architecture de Nancy au cycle de conférences proposé par le Centre Pompidou-Metz et l'Université de Lorraine.

« Architecture contemporaine en Grande Région. 1980-2015 »
Conférence par Emeline Curien, post-doctorante à l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy et membre du LHAC (Laboratoire d'histoire de l'architecture
contemporaine à l'École d'architecture de Nancy).

Entrée libre. Au Centre Pompidou-Metz, Auditorium Wendel.

Actualités Etudes

Futurs architectes pour un patrimoine en devenir

Charleville-Mézières

Futurs architectes pour un patrimoine en devenir

Les étudiants de Licence 3 à Charleville-Mézières

Les étudiants se rendent le jeudi 20 février à Charleville-Mézières pour la présentation de leurs travaux à 15h30 réalisés dans le cadre de la Semaine Architecture et Patrimoine qui a eu lieu du 30 septembre au 4 octobre dernier.

L'exposition "Futurs architectes pour un patrimoine en devenir", conçue par Alexandra Schlicklin, doctorante au LHAC, et réalisée par la Maison de l'Architecture de Champagne-Ardenne avec le soutien de la DRAC de Champagne-Ardenne, est inaugurée le jour même à 17h30.

Voir les panneaux de cette exposition



Photos du vernissage de l'exposition, et de la visite des étudiants à Charleville-Mézières

Expositions 2014

André Le Nôtre et ses jardins / exposition jusqu'au 20 décembre 2013

Exposition

Galerie d'exposition de l'école

André Le Nôtre et ses jardins

André Le Nôtre et ses jardins

La fondation des Parcs et Jardins de France a été créée en 2008 par le Comité des Parcs et Jardins de France, sous l'égide de la Fondation du Patrimoine. Son but est de préserver et de valoriser les jardins et l'art des jardins français en les faisant connaître en France et dans le monde.

Cette année, elle s'investit dans les célébrations du quadri-centenaires de la naissance d'André Le Nôtre. En effet, l'oeuvre du grand jardinier, encore mal connue va faire l'objet de nombreuses recherches dans les années à venir.

L'école participe à ces célébrations en proposant l'exposition André Le Nôtre et ses jardins : une vingtaine de panneaux reproduisant gravures et tableaux de l'époque relatant les principales réalisations d'André Le Nôtre – Vaux-le-Vicomte, Versailles, Fontainebleau, Sceaux, Saint-Germain, Saint-Cloud, Meudon, Paris...

Du mardi 10 décembre au vendredi 20 décembre
Galerie d'exposition de l'école
de 8h à 20h entrée libre




Expositions 2014

Montage de Maison de l'architecture de Lorraine

Montage de Maison de l'architecture de Lorraine



Montage de "Observing System 1" dans l'atrium de l'école.
Réalisation Maison de l'architecture de Lorraine.

HERITAGE ET TRANSMISSION : AUTOUR DE L'OEUVRE DE STANISLAW FISZER PROLONGATION JUSQU'AU 9 JANVIER

Exposition Du 28 novembre au 9 janvier 2018. Académie d'architecture

Exposition Stanislaw Fiszer PROLONGATION jusqu'au 9 janvier

PROLONGATION EXPOSITION FISZER
JUSQU'AU 9 JANVIER 



HERITAGE ET TRANSMISSION :
AUTOUR DE L'OEUVRE
DE STANISLAW FISZER


L'oeuvre de Stanislaw Fiszer, architecte, membre de l'Académie d'Architecture, enseignant à l'école d'architecture de Nancy de 1972 à 2001, de ses élèves et la question de la transmission. Du 28 novembre au 9 janvier 2018.

Visites sur rendez-vous.

Académie d'Architecture,
9 place des Vosges,
75004 Paris
01 48 87 83 10
RSVP : contact@academie-architecture.fr

 

 

L'exposition est une production collective de Fiszer et ses élèves notamment Françoise Schatz, Alain Potoski et Marie-José Canonica enseignants de l'école d'architecture de Nancy.

Produite par l'Académie d'Architecture de Paris en partenariat avec l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Nancy. 

Graphisme de l'exposition : Alban Lamy, diplômé de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Nancy.

 

Production, références et iconographie :

Rachel Amiot / Vincent Lombard, Marie-José Canonica / Alain Cartignies, Christian François, Philippe Ghesquiere, Philippe Guyard, Bertrand de Mijolla / Jean-Christophe Monjardet

Philippe Boudon, Jean-Pierre Epron, Bernard Hamburger, Alain Sarfati, Guy Naizot, Stanislaw Fiszer 

Joseph Abram, Jean-Claude Bignon, Anne-Marie Crozetière, Odile Hamburger, Jean-Pierre Perrin, Alain Potoski, Françoise Schatz, André Vaxelaire et Jean-Claude Vigato


---------------------------------

Au lendemain de 1968, alors que l'on construit en France, au sein des Unités pédagogiques d'architecture, un nouvel enseignement qui fait de la formalisation des connaissances la condition nécessaire à toute transmission, se pose avec acuité la question de l'initiation au projet. Comment, dans ce contexte d'intellectualisation des études, aborder la conception architecturale sans reconduire l'ancien système des beaux-arts ? La stratégie mise en place à Nancy, dans le cadre du grand projet d'école imaginé par Jean-Pierre Epron (auquel étaient associés Philippe Boudon, Bernard Hamburger et Alain Sarfati, qui avaient fondé avec lui, à la SADG, la revue AMC), consistait à différer le problème en excluant du premier cycle toute forme d'atelier, mais en multipliant les angles d'analyse par des approches problématisées (projet à la manière de, séminaire esquisses, etc.). L'ambition d'Epron, qui entendait former les futurs enseignants, les chercheurs et les architectes, s'inscrivait dans le mouvement global des écoles, mais tranchait par sa cohérence. Il fallait comprendre les fondements de la profession, questionner les institutions, la technique, définir les enjeux théoriques, inventer la recherche... Dotée d'un laboratoire très actif (le CEMPA) et de nombreux séminaires, l'Unité pédagogique de Nancy était toute entière placée sous le signe de l'expérimentation. Intégré à l'équipe dès 1972, Stanislas Fiszer y a joué un rôle original. Après avoir exercé en Pologne et au Cambodge, collaboré avec Michel Écochard, puis avec Ducharme et Minost en Côte d'Ivoire, il venait de créer à Paris sa propre agence. Sa formation classique, sa pratique éblouissante du dessin et sa compétence de constructeur se sont arrimées à Nancy aux multiples questions soulevées par la recherche architecturale. Comment, dans ce milieu effervescent, se sont opérés les échanges ? Et quelles en ont été les conséquences sur la pédagogie du projet ? C'est pour tenter de répondre à ces questions que l'Académie d'Architecture présente cette exposition, dont elle espère qu'elle pourra contribuer à l'effort engagé par le ministère de la Culture pour constituer l'histoire récente de l'enseignement de l'architecture.

Joseph Abram

 


http://academie-architecture.fr

La seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges

Débats urbains, patrimoine humain

La seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges




 
En grande partie détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, Saint-Dié a connu un renouvellement spectaculaire au cours des décennies 1950-1960. Célèbre à l'échelle internationale grâce au plan d'urbanisme élaboré en 1945 par Le Corbusier (non réalisé), la cité vosgienne a fait l'objet d'une reconstruction exemplaire conduite successivement par deux architectes nancéiens, Jacques André et Raymond Malot. Le caractère magistral du plan Le Corbusier (qui s'est hissé très tôt au rang d'icône de la modernité), son rejet par les habitants et les débats passionnés qui l'ont accompagné, le pragmatisme des solutions architecturales et urbanistiques adoptées par les reconstructeurs et leur pertinence culturelle au coeur du grand paysage vosgien ont fait de Saint-Dié l'un des témoignages les plus significatifs de la période.

Joseph Abram


L'exposition « La seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges : débats urbains, patrimoine humain » résulte d'une collaboration entre le Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine (LHAC) de l'École d'architecture de Nancy et le musée Pierre Noël de Saint-Dié-des-Vosges.
Elle présente les grandes étapes de l'histoire de la ville : les recherches de Caroline Bauer, Vincent Bradel, Aurélie Husson, Karine Thilleul (enseignants-chercheurs) et de Jade Berger (doctorante) entrent en résonnance afin de dresser un récit chronologique et didactique. Cette exposition à vocation introductive devrait être suivie par d'autres productions collaboratives visant à valoriser et à questionner l'avenir d'un ensemble urbain labellisé « Patrimoine du XXe siècle ».
Mise en espace par Kenneth Rabin, directeur artistique, en collaboration avec Béatrice Laville, scénographe, l'exposition s'accompagne de la parution de deux ouvrages dans la « Collection particulière » des Nouvelles éditions Jean-Michel Place : La Seconde reconstruction à Saint-Dié-des-Vosges (Karine Thilleul, direction) et Le musée de Saint-Dié par Aldo Travaglini (Jade Berger et Éléonore Buffler). Le vernissage de l'exposition aura lieu au musée Pierre Noël le samedi 3 février à 17h.

Exposition Jacques-François Blondel

Exposition Jacques-François Blondel

Exposition
Jacques-François Blondel
architecte des Lumières à Metz
 

Télécharger le programme


 ‎➔ L'exposition
 ‎➔ Les conférences
 ‎➔ Les visites guidées
 

Exposition co-produite par la Ville de Metz et l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy avec le soutien de la Cité de l'architecture et du patrimoine.


Les étudiants de l'école d'architecture de Nancy ont participé à cette exposition

Scénographie : Jérémy PELTIER
Maquette numérique : Gabriel CRAMOISY, Jimmy DESCHASEAUX, Hélène MATHIEU, Jérémy PELTIER
Fabrication de lutrins : Torgom ARAKELYAN, Amélie GARNIER, Mélissa MEILHAC, Martin PERRIN, Audrey ROGEZ, Luc SALOMON




 

L'exposition



Architecte parisien, académicien, professeur royal, Jacques-François Blondel vint à Metz en 1761. Il est chargé par le Maréchal d'Estrées d'aménager les places autour de la Cathédrale Saint-Étienne. Son projet, réalisé quelques années plus tard, constitue l'un des meilleurs ensembles urbains du XVIIIe siècle. En effet, avant tout théoricien, ses constructions sont rares et précieuses. Son chef-d'oeuvre est incontestablement l'aménagement de la Place d'Armes à Metz qui se situe dans la lignée de ses prestigieuses consoeurs parisiennes, que sont Vendôme ou Concorde.
Cette exposition inédite, accompagnant la candidature de « Metz royale et impériale » sur la liste du patrimoine mondial, propose de faire découvrir à travers le projet messin les talents multiples de Jacques-François Blondel, collaborateur de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, auteur prolifique, créateur de décors éphémères, concepteurs de nombreux projets et surtout professeur qui forma toute une génération d'architectes européens et dont la méthode d'enseignement servira de fondement au système actuel d'apprentissage de l'architecture.
 
Une production de la Ville de Metz en partenariat avec la Cité de l'Architecture et du Patrimoine de Paris, l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Nancy et la Cité musicale-Metz.

© Fonds BMM



Commissariat
Joseph Abram, professeur émérite à l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy
& Aurélien Davrius, docteur en histoire de l'architecture, maître-assistant à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-Malaquais

Cité de l'architecture
Corinne Bélier, chef du département du musée des monuments français
& Jean-Marc Hofman, adjoint au conservateur de la galerie des moulages

Scénographie
Béatrice Laville, enseignante à l'école nationale supérieure d'architecture de Nancy et Kenneth Rabin, artiste / designer, directeur artistique, assistés de Jérémy Peltier, étudiant en master à l'école d'architecture de Nancy.



Exposition présentée du 12 avril au 13 juillet 2018
dans la galerie d'exposition de l'Arsenal
Du mardi au samedi de 13h à 18h et le dimanche
de 14h à 18h

 

 

Les CONFÉRENCES



18H — Salon Claude Lefèvre et galerie d'exposition de l'Arsenal
Entrée libre dans la imite des places disponibles.

 
Un certain regard sur… Le plan Belle-Isle
Vendredi 4 mai
Visite-conférence animée par Pierre-Edouard Wagner, Conservateur en chef honoraire du patrimoine

Blondel, architecte des Lumières
Vendredi 18 mai
Conférence animée par Aurélien Davirus, co-commissaire de l'exposition

Du portail Blondel au portail Tornow
Vendredi 2 juin
Conférence animée par Christiane Pignon-Feller, docteur en histoire de l'art.

Comment transformer les villes ? Les cas de Metz et Nancy durant les Trente Glorieuses
Vendredi 15 juin
Conférence animée par Caroline Bauer et Pierre Maurer,
École nationale supérieure d'architecture de Nancy.

Blondel en son siècle
Vendredi 22 juin
Conférence animée par Pierre Caye, directeur de recherches au CNRS.

 

Les VISITEs guidées

Blondel, un certain regard

Visite guidée de l'exposition avec Joseph Abram et Aurélien Davrius — 1h — Gratuit

L'exposition est le fruit d'un travail de plusieurs années mené par les commissaires de l'exposition, Joseph Abram et Aurélien Davrius. Tour
à tour, ils vous livreront leur vision de l'exposition et le propos qu'ils ont souhaité porté.

SAMEDIS
28 avril — 15H (Aurélien Davrius)
19 mai — 16H30 (Aurélien Davrius)
16 juin — 16H30 (Aurélien Davrius)

 

Lumières sur Blondel,
de la théorie à la pratique

Visite guidée proposée par l'Office de tourisme – Inspire Metz — 1h30 — 8€

Afin de prolonger l'exposition, une visite in situ du chef-d'oeuvre de Blondel vous sera proposée. Le découverte ou redécouverte des places environnantes à la cathédrale Saint-Étienne offrira une riche mise en perspective du propos de l'exposition.

SAMEDIS — 14H30
• 21 avril • 5 et 19 mai • 16 juin • 7 juillet

 

Frondaisons urbaines

Frondaisons urbaines

Légende : Projet d'habitation Lunéville (Victor Conrard), © ENSarchitecture de Nancy

 

Exposition

Frondaisons Urbaines

architecture, territoire et éco-technologies

Ar-techné (Arnoldo Rivkin, Rémi Rouyer, Sébastien Rinckel)
école nationale supérieure d'architecture de Nancy
 

Face à la mise en danger de l'écosystème dont l'origine serait un réchauffement climatique incontrôlé, Frondaisons urbaines vise à explorer sur de nouvelles bases le lien qui rattache l'architecture en tant que technique, à la nature, en mêlant la construction de dispositifs artificiels à la canopée naturelle, afin d'accentuer son développement et de profiter des effets bénéfiques de filtration et de protection.

Frondaisons urbaines s'inscrit dans les traces des innovations technologiques qui, dans le domaine de l'agriculture et de l'industrie (hydroponie, ingénierie des serres, etc.), visent à préserver les biotopes spécifiques de certaines cultures, pour les appliquer à l'architecture. En incorporant à la fabrication de l'architecture des technologies propres au contrôle de l'environnement naturel, les projets visent à dépasser une politique purement restrictive des normes environnementales pour redécouvrir un plaisir d'habiter à l'aune des éco-technologies.

Dans le cadre du programme de Master 2015-2016 de l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy et du dispositif « Formations innovantes » (Conseil Régional de Lorraine), Frondaisons urbaines a trouvé à Lunéville un lieu d'application propice dans l'ancien domaine du château, dont les limites historiques sont aujourd'hui brouillées par l'agglomération urbaine.

Au moment où celle-ci réinterroge la manière de se développer, il s'agit de reconsidérer le lien entre nature et architecture pour organiser la croissance future de son territoire urbain.

 

EXPOSITION
Du 19 au 30 janvier 2017                
Entrée libre de 9h à 18h
du lundi au vendredi

Dernissage 31 janvier 2017
Téléchargez l'invitation


Conseil départemental
de Meurthe-et-Moselle
48, esplanade Jacques-Baudot
Nancy

Téléchargez l'affiche de Frondaisons Urbaines


Communiqué de presse
Dossier de presse
 

V+ / exposition

V+ / exposition

V+
architecture documents on five projects

Exposition présentée du 6 février au 24 mars 2017

Mardi 28 février
conférence + vernissage à partir de 18H
Thierry Decuypere et Jörn Aram Bihain, architecte (V+)

«De par la diversité des programmes et des échelles de leurs projets ainsi que par la variété et la constance des questionnements qui les animent, la production de V+ compte aujourd'hui parmi les plus prometteuses de sa génération en Belgique.»


"V+ est le raccourci efficace de «  Vers plus de bien-être  », un nom de bureau d'architecture belge qui exprime déjà «  les fondements, la philosophie, les espoirs  » des associés Jörn Aram Bihain et Thierry Decuypere. L'intitulé qui accompagne ce nom est tout aussi explicite  : V+ est une «  Société multiprofessionnelle d'architecture  », qui invente un métier entre le commanditaire, l'architecte, l'urbaniste et le programmiste. Elle cherche à relever un pari  : «  Résister à la réduction de l'architecture à une question de m2 ou de prestation de service, y réintroduire, par la porte ou la fenêtre, des notions d'engagement politique, d'acte culturel, de poésie du centimètre, de revendication sociale, d'étonnement philosophique, de désir d'espace, de source de rêve…  ».
 
Une telle démarche ne peut qu'intéresser l'ENSArchitecture Nancy, au moment où elle pense, avec l'ensemble des institutions liées à l'architecture en région Grand Est, l'implication de l'architecture dans la société et son rôle possible dans la construction du territoire.
Cette exposition est aussi une expérimentation menée de concert par les praticiens et les commissaires Sophie Dars et Carlo Menon, sur le statut des documents produits par les bureaux et la manière dont on peut présenter l'architecture. Accueillir V+, c'est donc aussi poursuivre les réflexions entamées à l'ENSArchitecture Nancy avec le programme A  ! 2016 sur les pratiques contemporaines de l'architecture, et la manière de construire un dialogue fructueux entre architectes et critiques."

Emeline Curien, architecte DE enseignant chercheur au LHAC - Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine.


L'itinérance de l'exposition V+ est réalisée en collaboration avec Wallonie-Bruxelles Architectures, et avec le soutien de la Cellule Architecture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Wallonie-Bruxelles International."


A+ Architecture in Belgium

Bozar


Télécharger l'affiche de la conférence
 

AJAP 2016 / Exposition

AJAP 2016 / Exposition

AJAP 2016 : Exposition itinérante

du 24 avril au 26 mai 2017, Hall Galerie Architecture Nancy


Conférences format court 
Echanges avec les lauréats
et vernissage de l'exposition

MAR. 10 MAI 2017 à partir 18h / Amphi B 
En présence de lauréats AJPAP 2016


L'école d'architecture de Nancy est la première étape de cette exposition itinérante qui va voyager à travers la France pour promouvoir les vingt lauréats, quinze architectes et cinq paysagistes. Les modules déployés présentent la pratique de tous ces concepteurs à travers leurs projets, mais aussi grâce à un objet ou groupe d'objets que chacun a choisi pour caractériser son exercice du métier, à l'instar de celui choisi par l'agence nancéienne ABC Studio, "nuage", qui représente le foisonnement d'idées et de références à l'origine de chaque projet.

La singularité de cette exposition réside dans le point commun à tous les lauréats. Qu'ils soient architectes ou paysagistes, seuls ou nombreux, ils sont tous de jeunes praticiens, diplômés dans les dix à quinze dernières années, et ont su développer une pensée et une éthique de leur métier qui leur est propre. Il ne fait aucun doute que les architectes en devenir de l'école sauront y trouver matière à réflexion pour envisager les premières années de leurs futur métier.
 

Conférences format court, échanges et vernissage

A l'occasion de l'exposition, l'école organise une soirée AJAP avec plusieurs des lauréats qui viendront présenter leur production en une suite de conférences en format court, puis un temps d'échanges sera animé par Claude Valentin, architecte enseignant, président du comité professionnel de l'école.

Les lauréats AJAP invités sont :
Yann Caclin (Architecte ABC Studio - Nancy),
Gaspard Pinta (Architecte scénographe - Paris),
Guillaume Ramillien (Architecte, gRamillien - Paris),
Laetitia Lasanté, représentée par Anne-Cécile Jacquot (Paysagiste, Omnibus - Montigny-les-Metz),
Jean-Aimé Shu (Architecte, Soja – Paris)


l'école vous propose de poser vos questions aux lauréats invités, via ce lien : mes questions aux AJAP 2016



Les AJAP 2016

Les Albums des jeunes architectes et paysagistes (AJAP) est un concours biennal organisé par le ministère de la Culture et de la communication. Il distingue de jeunes architectes et paysagistes de moins de 35 ans, sans condition de nationalité, ayant réalisé un projet ou participé à un concours en France. L'exposition, conçue par la Cité de l'architecture & du patrimoine, présente les vingt équipes de la promotion 2016 (15 architectes et 5 paysagistes).


A l'issue d'un appel à candidature international, le jury, réuni en mars 2016, a examiné 227 dossiers et distingué 15 lauréats architectes et 5 lauréats paysagistes. Le jury était composé de 16 architectes, paysagistes, maîtres d'ouvrage, représentants de la presse et acteurs institutionnels, co-présidé par Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, représentée par Agnès Vince, directrice chargée de l'architecture, adjointe au directeur général des patrimoines, Laure Planchais, paysagiste, Grand Prix national dupaysage 2012, co-présidente, et Marc Barani, architecte, Grand Prix national de l'architecture 2013.

En savoir + sur les lauréats AJAP 2016
 

Principes scénographiques, par le collectif AJAP 14

« Comment présenter le travail d'une agence, sa singularité, dans un espace restreint au milieu d'autres architectes ? Ce que nous retenons c'est bien la part de singularité que chacun exprime. Le dispositif scénographique, s'il est construit à partir d'une base commune, se décline d'agence en agence. L'idée sous-jacente à ces dispositifs vient de l'idée des cabinets de curiosités ou des chambres des merveilles, venant composer un univers à chaque fois foisonnant et spécifique, dans un espace délimité. La curiosité est à la fois le lauréat ajap qui exprime sa singularité, mais aussi, la mise en scène de son imaginaire. C'est en effet l'occasion pour lui de dévoiler ses merveilles, qui le suivent au quotidien, de manière consciente ou inconsciente. Dans ces espaces, les images sont parfois fixes, parfois mobiles. À la manière d'un blog, les agences y déposent à la fois les images accompagnant leur imaginaire, mais aussi les images de leurs projets. On tente ainsi d'appréhender la matière inconsciente du travail que ces agences produisent. Il ne s'agit pas de références, mais de lieux, de matières, d'ambiances, et de situations que chaque architecte porte avec lui à chaque projet. Ces images créent un saisissant contraste avec les moulages de sculpture médiévale française des collections, exécutés avant la guerre sur certains édifices désormais perdus. La scénographie propose des structures métalliques servant de cadre à l'imaginaire déployé de l'architecte. L'agencement se veut libre dans chaque module, ainsi que dans l'espace du lieu d'accueil. »