Journée internationale d'étude - Patrimoine mondial UNESCO

17 mai 2018 Site Boffrand Inscriptions

Journée internationale d'étude - Patrimoine mondial UNESCO


 


L'inscription sur la liste du patrimoine mondial : quelles connaissances scientifiques et compétences professionnelles afin d'oeuvrer  au repérage, au projet et à la gestion des biens patrimoniaux ?

Journée internationale d'étude
Patrimoine mondial UNESCO

17 mai 2018 / NANCY

Site Boffrand / (1 rue Boffrand à Nancy)
Ecole nationale supérieure d'architecture de Nancy (France)



 

 Programme détaillé


Le patrimoine mondial, un contexte national et international en évolution

La récente loi Liberté de la création, architecture et patrimoine du 7 juillet 2016 témoigne d'une nouvelle ambition concernant les biens français inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Avec l'obligation de la mise en oeuvre d'un plan de gestion du bien et le nouveau dispositif des Sites patrimoniaux remarquables, la loi offre aux territoires concernés de nouvelles perspectives de gouvernances, d'animation et de gestion.
Par ailleurs, dans le monde, le nombre de candidatures à une inscription sur la liste du patrimoine mondial continue d'augmenter. Les États parties de l'UNESCO, qui reçoivent ces candidatures émanant de leurs territoires, tiennent à jour une liste indicative de biens qu'ils ont l'intention de proposer à l'inscription dans les années à venir. Ces candidatures posent, de façon critique, la question de la définition de la valeur universelle exceptionnelle du bien considéré.

De la définition à la gestion d'un bien inscrit sur la liste du patrimoine mondial, quelles sont les nouvelles pratiques mais aussi les évolutions des compétences professionnelles impliquées ? De nouveaux champs d'activités économiques et d'expertise semblent de fait émerger, impliquant des compétences et des savoir-faire nouveaux, notamment en matière d'architecture, d'urbanisme et de paysage.

Aussi, le Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine, installé au sein de l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy, propose d'ouvrir un espace d'échanges et de recherche afin d'explorer l'ensemble de ces questionnements. Fondé sur le partage d'expériences entre acteurs académiques, économiques et politiques, il vise à dresser un état des connaissances scientifiques et des compétences professionnelles impliquées dans ces processus. Cet état de l'art et sa mise en perspective critique pourront alimenter utilement de futures pistes de recherches et d'enseignements pour des formations professionnelles visant à répondre aux enjeux du patrimoine mondial. 

Au cours de cette première journée d'étude sur le patrimoine mondial, qui s'inscrit dans le contexte de l'année européenne du patrimoine culturel, seront présentées huit communications retenues par un comité scientifique ad hoc. Développant des approches monographiques ou comparative de biens inscrits ou de projet d'inscription au patrimoine mondial, ces communications s'organisent autour des trois sessions thématiques traitant successivement des outils de protection réglementaires, des plans de gestion et de la valeur universelle exceptionnelle. Imaginaires collectifs et limites du patrimoine mondial seront débattus lors d'une table ronde conclusive qui nous éclairera sur les enjeux à prendre en compte pour la formation au patrimoine mondial.

 

Joseph Abram

Lorenzo Diez

Pierre Maurer




 


Une journée d'étude proposée par le Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine 
EA7490 LHAC

en partenariat avec
Le ministere de la Culture
la DRAC Grand Est
la région Grand Est
la métropole du Grand Nancy
l'Association des biens français du patrimoine mondial  
L'inventaire

 

Comité scientifique :

Joseph Abram (ENSA Nancy), Gauthier Bolle (ENSAP Bordeaux), Mireille-Bénédicte Bouvet (Région Grand Est – Service de l'inventaire), Mickaël Colin (GRAHAL sarl), Catherine Coutant (Association des biens français du Patrimoine mondial), Lorenzo Diez (ENSA Nancy ; École de Chaillot), Sophie Eberhardt (École polytechnique de Prague ; Lépac), Maria Garvari-Barbas (Université Paris I – Panthéon Sorbonne), Pierre Maurer (ENSA Nancy), Eva Mendgen (Historienne de l'art allemande), Andrea Rumpf (directrice du Luxembourg center for architecture), Jonathan Truilllet (DRAC Grand Est - CRMH), Hélène Vacher (ENSA Nancy).

 

Comité d'organisation :

Lorenzo Diez, Pierre Maurer, Christophe Huon, Fiona Zingarelli (École nationale supérieure d'architecture de Nancy)

 

construire en composite pour l'architecture

Colloque / 23 novembre 2017

construire en composite pour l'architecture

Construire en composite pour l'architecture

Le cycle « Construire en composite pour l'architecture » propose de faire le point sur l'utilisation structurelle des matériaux composites en architecture, filière peu connue en architecture mais à fort potentiel. Il contribue au développement de la filière composite pour la construction architecturale.
Cycle et recherche initiés et portés par Christelle Chalumeaux, enseignante-chercheuse, LHAC, Ensarchitecture de Nancy ; soutenus par le Bureau Ministériel de la Recherche Architecturale, Urbaine et Paysagère (Braup), Orgagec, Artificial Architecture.

Mars 2019 - Prochain rendez vous
COLLOQUE COMPOSITE mars 2019 / Paris
Pour faire suite au premier colloque « Construire en composite pour l'architecture » qui s'est tenu à l'école d'architecture de Nancy, le 23 Novembre 2017, le prochain colloque portant sur l'architecture et le composite se tiendra au JECWorld à Paris, le 13 mars. Christelle Chalumeaux, enseignante architecte et chercheur au LHAC y participe lors de l'exposé intitulé  'Architecture, building, construction and infrastructure: lasting and sustainable solutions with high living standards'.
Ce colloque prolongera en partie l'axe 4 'Limits and challenges of compositestructural use for architecture today' du colloque 1.
+ d'infos sur le programme 

 
Novembre 2017
1er colloque construire en composite à l'école d'architecture de Nancy
Information, programme et vidéos du Colloque 1
 
 
 


en savoir plus :

Les composites et l'architecture : contexte et enjeux d'une utilisation structurelle


Les matériaux composites sont à ce jour très peu utilisés en structures constructives dans le domaine de l'architecture.

Ils sont méconnus de la maîtrise d'oeuvre et de la maîtrise d'ouvrage et inexistants dans l'enseignement et la recherche en école nationale supérieure d'architecture française.

De nombreuses réalisations expérimentales apparaissent à travers le monde, dans les années 1960-1970.  Aujourd'hui, quelques constructions architecturales bénéficient des applications, de la recherche et du développement effectués récemment dans le domaine du génie civil.

Les qualités spécifiques des composites — mécaniques, thermiques, d'étanchéité air-eau —, leur légèreté, leur sobriété en coût de maintenance, en font des matériaux performants et concurrentiels dans le nouveau contexte de la production architecturale. De plus, la recherche actuelle sur les composites (bio-sourçage, recyclabilité, évaluation environnementale), l'avancée des procédés de mise en forme et de mise en oeuvre, l'évolution des outils de dimensionnement, de caractérisation et de contrôle non destructif, le développement des métacomposites, offrent de nouvelles perspectives pour une application structurelle des composites en architecture.

Les évolutions sociales et démographiques, la densification urbaine, l'enjeu de la transition énergétique, créent un contexte stimulant pour trouver des solutions et systèmes constructifs nouveaux.

Ce secteur d'activité est potentiellement très compétitif s'il est sollicité pour développer avec les architectes des solutions structurelles en faveur de la qualité d'usage et de la durabilité des réalisations.





Composite

Le mot composite est entendu ici comme matériau constitué d'au moins deux composants non miscibles, une matrice et un renfort, assemblés artificiellement et collaborant structurellement.

Il recouvre les composites à matrice polymère de synthèse et s'ouvre avec les recherches actuelles aux polymères naturels, mis en oeuvre artificiellement avec des renforts éventuellement biosourcés.

 

MUTATIONS

MUTATIONS

MUTATIONS


Les profondes transformations de l'espace social, culturel et environnemental en cours liées au dérèglement climatique et à l'effondrement de la biodiversité nous mettent – peut-être plus que jamais – face à nos responsabilités : nous devons, en tant qu'architectes, chercheurs, enseignants en architecture, trouver des manières d'être nouvelles, et exercer notre pratique en étant conscients de son impact sur la société et son environnement. Cet engagement au coeur du réel et de sa complexité, loin d'être un poids, peut devenir une occasion extraordinaire de réflexions, de remises en question et d'explorations.

Mutations est une équipe pluridisciplinaire d'enseignants, chercheurs et praticiens de l'ENSArchitecture Nancy, qui s'est donné pour objectif de mieux appréhender et intégrer ces grandes transformations de notre monde contemporain, dans l'enseignement, la recherche et la pratique architecturales. Elle a mené différents travaux depuis sa création en 2016.