ALESSANDRI Raphaël

Directeur d’études Aménagement du territoire-Planification Mission Bassin minier Nord-Pas de Calais

ALESSANDRI Raphaël

ALESSANDRI Raphaël
 

Directeur d'études Aménagement du territoire-Planification
Mission Bassin minier Nord-Pas de Calais
  

Raphaël Alessandri est architecte, diplômé de l'Ecole Nationale Supérieur d'Architecture de Paris Val de Seine. Après avoir travaillé successivement en agences d'architecture et de paysage, il complète sa formation par un Diplôme d'Etude Spécialisée Supérieur « villes et patrimoine du Maghreb et du Proche Orient » à L'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Paris Belleville.

En 2003 et 2004 il participe à l'élaboration du dossier d'inscription de Harar Jugol (ville fortifiée d'Ethiopie) sur la liste du patrimoine mondial (inscrite depuis 2006). Dans ce cadre, il a travaillé plus précisément sur les pressions liées à la gestion de l'eau ainsi qu'à l'élaboration du plan de gestion.

Depuis 2004, il travaille au sein de la Mission Bassin Minier Nord-Pas de Calais à la protection, la gestion et la transformation de l'héritage minier, dans une logique cherchant à concilier la nécessaire mutation du territoire avec les enjeux de préservation de sa Valeur Universelle et Exceptionnelle. Il a participé à l'élaboration du dossier d'inscription du Bassin Minier sur la liste du patrimoine mondial (inscrit depuis 2012) et suit la mise en oeuvre du plan de gestion UNESCO, notamment à travers les questions de planification et de développement de projets « démonstrateurs » visant les cités minières, l'aménagement du territoire et le patrimoine en danger. Il participe aux réflexions et à la définition d'une stratégie d'intervention de l'Etat, des bailleurs et de l'ensemble des

BANDARIN Francesco

Conseiller spécial pour le patrimoine Direction générale de l’UNESCO

BANDARIN Francesco

BANDARIN Francesco


Conseiller spécial pour le patrimoine
Direction générale de l'UNESCO
 

Francesco Bandarin est architecte et urbaniste spécialisé en conservation urbaine. De 2000 à 2010, il a été directeur du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO et secrétaire de la Convention du patrimoine mondial. De 2010 à 2018, il a été sous-directeur général de l'UNESCO pour la culture.

Il est actuellement conseiller spécial pour le patrimoine du directeur général de l'UNESCO. Il est également membre du comité directeur du Trust Aga Khan pour la culture et membre d'ICOMOS Italie.

Il est diplômé en architecture (IUAV Venise) et en planification urbaine et régionale (UC Berkeley) et a été professeur de planification urbaine et de conservation urbaine à l'Université de Venise (IUAV) de 1980 à 2016.

Ses publications récentes incluent :
Le paysage urbain historique : gérer le patrimoine dans un siècle urbain, 2012 et Reconnecter la ville. L'approche du paysage urbain historique et l'avenir du patrimoine urbain, 2015, tous deux co-écrits avec Ron van Oers et publiés par Wiley-Blackwell. Un livre complet sur l'expérience du paysage urbain historique, Re-shaping Urban Conservation, co-édité avec Ana Pereira Roders, sera publié prochainement par Springer, 2018.


 

BÖCKER Axel

Conservateur Ministère de l’Education et de la Culture de la Sarre, Service du Patrimoine historique

BÖCKER Axel

BÖCKER Axel


Conservateur
Ministère de l'Education et de la Culture de la Sarre, Service du Patrimoine historique
 

Axel Böcker est conservateur de district (Gebietskonservator) au Service du Patrimoine historique (Landesdenkmalamt) de la Sarre (Allemagne) depuis 2000. Après avoir obtenu son diplôme en architecture à la RWTH Aachen, il a effectué un stage scientifique au Bureau de la préservation des monuments historiques de Westphalie à Münster. Il est membre du comité consultatif scientifique de l'Institut d'études régionales de la Sarre, du Comité du patrimoine bâti partagé de l'ICOMOS (SBH) et du Groupe de travail sur la théorie et l'enseignement de la conservation.

En plus de son travail de conservateur de district pour la capitale du Land, Sarrebrück, il est responsable des monuments de la Sarre, en particulier de la Völklinger Hütte, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Dans de nombreuses conférences et essais, il a également traité scientifiquement des monuments de la Sarre et de la préservation du patrimoine industriel technique.

BEN YOUNES Houda

Architecte et doctorante en architecture Ecole nationale d’architecture et d’urbanisme de Tunis

BEN YOUNES Houda

BEN YOUNES Houda

Architecte et doctorante en architecture
Ecole nationale d'architecture et d'urbanisme de Tunis
 

Architecte depuis 2010 et titulaire d'un master de recherche en architecture, elle poursuit actuellement sa thèse de doctorat en architecture à l'Ecole nationale d'architecture et d'urbanisme de Tunis (ENAU). Passionnée par le patrimoine architectural vernaculaire berbère, elle focalise ses recherches en master sur l‘étude de l'architecture domestique et religieuse produite par les berbères, dans deux milieux géographiques différents, à savoir les montagnes de Matmata, Demmer et Nafousa ainsi que l'île de Djerba. Dans le cadre de cette étude, elle a pu déterminer et comparer les taux d'influence des contraintes géographiques et socioculturelles dans l'architecture de ces deux milieux. Dans son travail de thèse, elle s'intéresse également à la question du patrimoine architectural berbère, construit dans des contextes géographiques différents. Ainsi, elle a mené une comparaison d'un échantillon exhaustif de mosquées ibadites construites dans la pentapole du M'Zab et dans l'île de Djerba. Elle a abordé ce sujet, à travers la question de l'apport des particularismes socioculturels de la communauté berbère et ibadite dans l'architecture de leurs mosquées. Elle a par ailleurs effectué plusieurs stages dans des laboratoires de recherche et dans des institutions culturelles, notamment au sein des laboratoires CIHAM (Université Lumière) à Lyon et LVAP (EPAU) à Alger, ainsi qu'au sein de l'institut archéologique allemand de Rome (DAI-Rom).

BERTINI Viola

Research fellow Iuav University of Venice, Dipartimento di Culture del progetto

BERTINI Viola

BERTINI Viola

Research fellow
Iuav University of Venice, Dipartimento di Culture del progetto
 

Viola Bertini (La Spezia, 1984) est diplômée en architecture du Politecnico di Milano et a obtenu un doctorat en composition architecturale à l'Université Iuav de Venise, présentant une thèse sur le travail de l'architecte égyptien Hassan Fathy.

Elle est actuellement chercheure à l'Université Iuav, étudiant la signification des paysages culturels. Elle travaille comme assistante d'enseignement à Venise et, en tant que professeure contractuelle, elle enseigne le design architectural au Politecnico di Milano.

Ses principaux thèmes de recherche vont de la relation entre tradition et modernité en architecture, à l'architecture et au tourisme, en passant par les zones marginales, la mise en valeur du patrimoine et les paysages culturels.

En 2016, elle a été chercheure au CIDHEUS - Centro Interdisciplinar de História, Culturas e Sociedades de l'Université d'Évora et, depuis 2014, elle collabore en tant que chercheure consultant à l'Université américaine de Beyrouth.

Elle fait partie du comité scientifique du magazine OFFICINA et participe, en tant que secrétaire scientifique, au réseau international des écoles d'architecture Designing Heritage Tourism Landscapes.

Elle a été conseillère dans plusieurs workshops internationaux (Athènes, Milan, Venise, Évora, Roquebrune-Cap-Martin) et a participé en tant que conférencière à de nombreux séminaires de recherche et conférences internationales.

Elle travaille entre Milan, où elle a sa propre agence d'architecture, et Venise.

CECCARELLI Paolo

Professeur émérite d’urbanisme Université de Ferrare

CECCARELLI Paolo

CECCARELLI Paolo


Professeur émérite d'urbanisme
Université de Ferrare

Chaire UNESCO « Planification urbaine et régionale pour le développement local durable ».

Coordinateur, Mediterranean UNESCO Chairs Network, MUNCH. Coordinateur de chaires UNESCO italiennes « Structure du territoire,  Durabilité urbaine, Tourisme », TEST.

Coordinateur, Réseau européo-latino-américain des écoles d'architecture « Red Alvar- Proyecto y Patrimonio ». Président, International Laboratory of Architecture and Urban Design (ILAUD).

Recteur de l'Institut d'Architecture, IUAV de Venise (1980-1989) ; doyen de l'Ecole d'architecture, Université de Ferrare (1989-2000).  Professeur d'urbanisme IUAV, Ecole Polytechnique de  Milan,  Université de Padoue.

Professeur invité MIT (1989,1982, 1980, 1979), U.C., Berkeley (1992, 1997) U.C. Santa Cruz (1979). Chercheur invité, Center of European Studies, Université de Harvard (1979-1981). Visiteur associé, Université Waseda, (Canon Fellow, 2002). Associé, Joint Center for Urban Studies, Harvard University et MIT (1963-1965). Il a donné de nombreuses conférences en Australie, en Chine, en Inde, en Amérique Latine.

Chef d'équipe pour le plan directeur de Jéricho, Palestine (2012-2014). Responsable du projet de revitalisation du centre historique de Montevideo, Uruguay (2003) et du projet du technopôle de Gaoming, Guangdong, République Populaire de Chine (2008). Superviseur, programme conjoint UNIFE, IILA Ville de Valparaiso « Réhabilitation de Valparaiso » (2006) ; consultant de la ville de Buenos Aires (2006) : consultant UNEP en planification physique, Paranacidade, Curitiba, Brésil (1996-2001) ; superviseur du plan directeur de la région métropolitaine d'Addis-Abeba, Ethiopie (1983-1986). Plans directeurs de Pérouse, Lucca, Vicenza, Fermo, Massa Marittima, Comacchio, Sassuolo. Plan d'aménagement paysager de la vallée d'Aoste. Plans stratégiques en Lombardie et Emilie-Romagne. Plan stratégique et plan de gestion du site patrimoine mondial d'Urbino (2012-2014). Project UNESCO  « Creative small settlements » (2015-2018).

COLIN Mickaël

Directeur adjoint  ​GRAHAL

COLIN Mickaël

COLIN Mickaël


Directeur adjoint 
GRAHAL
          

Mickaël COLIN est directeur adjoint du bureau d'études GRAHAL. Il y est chargé du pôle Stratégie, au sein duquel collaborent le département de la Recherche R&E® et celui de l'ingénierie patrimoniale i-pat®. Historien de formation, il a acquis depuis 17 ans une compétence spécifique dans le domaine du Patrimoine mondial. Il a ainsi successivement été chargé des candidatures de Salins-les-Bains (2009) en extension de la Saline royale d'Arc-et-Senans (inscrite depuis 1982), du paysage culturel de l'agropastoralisme des Causses et des Cévennes (2011), des Climats du vignoble de Bourgogne (2015) et a conseillé la Ville de Strasbourg pour obtenir l'extension de la Grande-Île au quartier allemand de la Neustadt (2017). Il a également été missionné en 2009 comme expert par le Centre du Patrimoine mondial afin de mener une expertise au Maroc. Mickaël COLIN dirige actuellement pour GRAHAL le dossier de candidature de la Ville de Nîmes (Gard) pour son inscription sur la Liste du Patrimoine mondial (en cours d'instruction), ainsi que la candidature du phare de Cordouan, travaillée à l'échelle pertinente de l'estuaire de la Gironde. Dans chacune de ces démarches, dans le temps long du processus de la candidature, c'est toujours cette dimension territoriale de projet et de gestion qui a retenu son attention, notamment en termes de connaissances et de compétences scientifiques et techniques nécessaires à toute gouvernance efficiente. Outre plusieurs études d'impact patrimonial, il a parallèlement été chargé des plans de gestion de sites déjà inscrits : Ancienne Juridiction de Saint-Emilion, Grande-Île de Strasbourg, Sites préhistoriques et Grottes ornées de la Vallée de la Vézère. Il anime actuellement l'élaboration des plans de gestion de la Saline royale d'Arc-et-Senans et de Salins-les-Bains, des beffrois du Nord de la France ou encore du Canal du Midi.

DEOM Claudine

Professeure agrégée Université de Montréal, Faculté d’aménagement (architecture)

DEOM Claudine

DEOM Claudine


Professeure agrégée
Université de Montréal, Faculté d'aménagement (architecture)
         

Claudine Déom est professeure agrégée à l'École d'architecture de Montréal depuis 2006. Elle est responsable de l'option Conservation de l'environnement bâti de la maîtrise en Sciences appliquées Aménagement. En tant que chercheuse-associée à la chaire de recherche du Canada en patrimoine bâti, elle poursuit des recherches en conservation de l'environnement bâti dont les sujets s'articulent autour de la question de l'attribution des valeurs patrimoniales et du rôle des diverses parties prenantes de la société civile dans la conservation de leur patrimoine. Elle s'intéresse également à la pédagogie de l'enseignement de la conservation, plus particulièrement comment celui-ci s'insère dans la formation des architectes en Amérique du Nord. Claudine Déom oeuvre au sein de divers groupes en conservation du patrimoine dont Héritage Montréal et ICOMOS Canada. De 2009 à 2013, elle préside la Table ronde des éducateurs en conservation au Canada, un réseau de professeurs et de professionnels impliqués dans la formation en conservation à l'échelle du pays, et depuis 2017, elle siège au Conseil du patrimoine culturel du Québec, l'organisme consultatif qui soutient le ministre de la Culture et des Communications en matière de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine culturel québécois.

FONTAINE Sonia

Paysagiste dplg Sonia Fontaine paysage

FONTAINE Sonia

FONTAINE Sonia 


Paysagiste dplg
Sonia Fontaine paysage
 

Sonia Fontaine est paysagiste DPLG et plasticienne ENSBA. Diplômée en 2008 de l'Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Bordeaux, et après une première expérience professionnelle de 6 ans dans le domaine de l'urbanisme, elle s'installe en paysagiste libérale à Bordeaux. Depuis 4 ans, elle développe ses activités professionnelles autour de la réalisation d'études territoriales, études « Grand paysage », études patrimoniales et des volets paysagers et patrimoniaux des documents réglementaires (patrimoniaux et d'urbanisme), et de projets d'aménagements paysagers et jardins en secteur rural ou littoral.

Habituée à intervenir en milieu naturel, rural, urbain, ou périurbain, elle a développé un savoir-faire dans le domaine des études paysagères et patrimoniales, réalisées dans des contextes patrimoniaux à gros enjeux ou sur des territoires soumis à des problématiques d'aménagements ou de protection complexes : abords de Monuments Historiques, sites classés et inscrits, biens inscrits UNESCO, Grands Sites de France, espaces naturels protégés, Parc Naturels Régionaux ou encore territoires littoraux ou de montagne.

Elle a ainsi travaillé ou travaille actuellement sur plusieurs sites classés et Grand Site de France labellisés ou en cours de labellisation (Grand Site de la Camargue gardoise (30), Grand Site en projet de la Vallée Vézère (24), Grand Site en projet de la Combe d'Arc (07)) et sur des biens inscrits UNESCO (Ancienne juridiction de St-Emilion (33)) ou en cours d'inscription (Phare de Cordouan (33)).

Elle est également active au sein du bureau de la Fédération Française du Paysage Nouvelle Aquitaine, et contribue à initier et développer des actions de promotion du paysage et de la profession de paysagiste-concepteur. Début 2018, elle est élue au conseil d'administration du MAJ Nouvelle Aquitaine, centre de formation professionnelle continue des architectes, paysagistes-concepteurs et métiers du cadre de vie. Elle participe à développer l'offre de formation à destination des professionnels du cadre de vie.


 

GALLITRE Romain

Chargé d’urbanisme Communauté de communes du Grand Saint-Emilionnais

GALLITRE Romain

GALLITRE Romain


Chargé d'urbanisme
Communauté de communes du Grand Saint-Emilionnais
 

Romain Gallitre est chargé de mission en urbanisme et aménagement du territoire au sein de la communauté de communes du Grand Saint-Emilionnais (33). Diplômé d'un master en ingénierie des territoires à l'Université de Bordeaux en 2013, il a, au cours de cette formation, pu aborder les différentes problématiques territoriales observées sur le territoire métropolitain ainsi que les multiples outils à disposition des collectivités pour y répondre. Après une première expérience de six mois au sein du service planification urbaine de la communauté urbaine de Bordeaux où il a participé à la construction du volet environnemental du PLU métropolitain, il intègre au 1er  janvier 2014 la communauté de communes du Grand Saint-Emilionnais pour piloter l'élaboration d'un plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) sur cette intercommunalité de 22 communes située à 45 km à l'est de la métropole bordelaise.

Particulièrement attaché à la ruralité mais également aux enjeux de l'urbanisme, il intervient désormais sur l'ensemble des questions en lien avec l'aménagement et au développement du Grand St Emilionnais, territoire à la croisée des problématiques urbaine, paysagère, patrimoniale ou encore économique. Il a ainsi contribué activement à l'élaboration d'un programme local de l'habitat et d'un plan local d'urbanisme intercommunal tout en animant et coordonnant les politiques en lien avec l'inscription de l'ancienne Juridiction de Saint-Emilion sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO (site patrimonial remarquable, plan de sauvegarde et de mise en valeur). Depuis près de 18 mois, il accompagne donc les élus dans une réflexion visant à aborder la question patrimoniale au-delà du simple fait réglementaire pour la mettre au coeur d'une véritable stratégie d'attractivité résidentielle et économique.

En parallèle de ce poste de chargé de mission, Romain Gallitre intervient depuis 2 ans auprès du Centre de Formation de la Fonction Publique Territoriale en qualité de formateur sur les modules de planification urbaine et d'urbanisme intercommunale.

GARTNER-NEGRIN Julia

Architecte et urbaniste de l’Etat Bureau de la protection et de la gestion des espaces, Ministère de la Culture

GARTNER-NEGRIN Julia

GARTNER-NEGRIN


Architecte et urbaniste de l'Etat
Bureau de la protection et de la gestion des espaces, Ministère de la Culture
          

Architecte du Patrimoine et Architecte DPLG, Julia Gartner-Negrin a exercé dans le domaine de la maîtrise d'oeuvre pendant une dizaine d'années (en France et en Allemagne) avant de passer le concours d'architecte-urbaniste de l'Etat. Après avoir exercé les fonctions d'architecte des Bâtiments de France, elle est aujourd'hui adjointe au chef de bureau de la protection et de la gestion des espaces au sein de la direction générale des patrimoines du ministère de la Culture. Ce bureau est en outre en charge de la gestion des biens culturels inscrits sur la liste du patrimoine mondial.

Au sein d'ICOMOS, elle est en charge du suivi du bien patrimoine mondial de l'usine sidérurgique de Völklingen en Allemagne.

LONGUET Isabelle

Directrice Mission Val de Loire Patrimoine mondial

LONGUET Isabelle

LONGUET Isabelle 


Directrice
Mission Val de Loire Patrimoine mondial
          

Isabelle Longuet est depuis 2010, directrice de la Mission Val de Loire, structure dédiée à la gestion de l'inscription du Val de Loire sur la liste du patrimoine mondial comme paysage culturel.

Auparavant, elle a occupé plusieurs postes au sein du ministère de la culture français, les derniers étant ceux de Chef du bureau des actions internationales et européennes pour le patrimoine et l'architecture, à la direction de l'architecture et du patrimoine à partir de 1996, puis de chargée du suivi de la convention du patrimoine mondial pour la France de 2004 à 2010 et secrétaire de la « Convention France-UNESCO pour le patrimoine » (outil d'action commune entre le gouvernement français et l'UNESCO pour des coopérations sur des sites du patrimoine mondial dans différents pays).

Elle a suivi des études d'histoire (spécialisation en histoire contemporaine et histoire des techniques), et de langues (slaves). Membre du conseil d'administration d'ICOMOS France.

MORISET Sébastien

Architecte, chercheur, responsable du thème patrimoine Laboratoire CRAterre - Ecole nationale supérieure d’architecture de Grenoble

MORISET Sébastien

MORISET Sébastien


Architecte, chercheur, responsable du thème patrimoine
Laboratoire CRAterre - Ecole nationale supérieure d'architecture de Grenoble

Sébastien Moriset est architecte et poursuit depuis 1993 des activités d'enseignement et de recherche appliquée sur les questions de la gestion et de la conservation du patrimoine, nourries par plus de 62 projets menés dans 39 pays d'Afrique et d'Asie. Il a élaboré 8 propositions d'inscription sur la liste du patrimoine mondial ayant toutes abouti, développé des plans de gestion et mis en oeuvre des programmes de conservation. Il est actuellement responsable du thème patrimoine du laboratoire CRAterre de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

OLIVE-GARCIA Cécile

Chef de projet patrimoine mondial Direction Aménagement et Développement, Conseil départemental du Puy-de-dôme

OLIVE-GARCIA Cécile

Chef de projet patrimoine mondial

OLIVE-GARCIA Cécile


Direction Aménagement et Développement, Conseil départemental du Puy-de-dôme
    

Diplômée en sciences politiques, section relations internationales, et en histoire, elle s'est spécialisée en gestion de projets internationaux à la faveur de différentes expériences en France (développement de la filiale française d'une compagnie égyptienne) et à l'étranger (chargée de projets dans une ONG italienne et un média sénégalais). C'est d'abord par le volet politique et territorial qu'elle a abordé le patrimoine mondial. Collaboratrice au sein du cabinet du président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, elle s'est vu confier l'étude de faisabilité relative à l'inscription de la Chaîne des Puys – faille de Limagne sur le Liste du patrimoine mondial. Passionnée par ce sujet et ses dimensions scientifiques, sociologiques et diplomatiques, elle est nommée chef de projet en 2007. Depuis onze ans maintenant, elle travaille sur cette candidature, tant sur la constitution de son contenu et la rédaction des dossiers d'inscription, que sur la coordination de ses volets locaux, nationaux et internationaux. Elle travaille pour cela en transversalité avec une équipe pluridisciplinaire d'une vingtaine de contributeurs : géologues, géographe, cartographe, écologues, gestionnaires de site, chargés de communication et d'édition, infographiste, assistants logistique et administratif.

REVAULT Philippe

Architecte urbaniste ex-professeur ENSA Paris la Villette

REVAULT Philippe

REVAULT Philippe


Architecte urbaniste
ex-professeur ENSA Paris la Villette
              

Architecte urbaniste, Philippe Revault a été professeur à l'ENSA Paris la Villette (Projet urbain, morphologie de Villes, etc.). En tant qu'expert UNESCO, il a, depuis 1995 (Bethléem 2000), eu l'opportunité d'expérimenter, sur certaines villes (Harar, Casablanca, Tanger, Djerba), les différentes phases d'élaboration d'un dossier d'inscription sur la liste du patrimoine mondial. Sa pratique du patrimoine urbain a commencé, en France, avec la préparation des premiers dossiers « plan de sauvegarde et de mise en valeur », dans les années 1965, à propos des villes d'Aix en Provence et d'Avignon, sous la direction de Jean Louis Taupin, ACMH. Son intérêt s'est confirmé en participant, aux années pionnières 1970 de l'Association de Sauvegarde de la Médina de Tunis. Certains de ces travaux ont donné lieu à des publications (ex : Harar, une cité musulmane d'Ethiopie, a Muslim City of Ethiopia, avec Serge Santelli. Maisonneuve et Larose, 2004).

Par ailleurs, au sein du bureau d'études pluridisciplinaire ACT Consultants, il a dirigé depuis 1990, des études portant sur des situations urbaines de grande vulnérabilité, tel que la reconstruction de Port au Prince après 2010, la revalorisation de banlieues et de centres anciens dans le cadre de projets retenus par l'ANRU.

RIEF VERNAY Barbara

Enseignante et chercheure Université Technique de Vienne, Autriche

RIEF VERNAY Barbara

RIEF VERNAY Barbara


Enseignante et chercheure
Université Technique de Vienne, Autriche
              

Diplômée en architecture (Université Technique de Vienne, Autriche), Barbara Rief Vernay a travaillé durant plusieurs années pour des cabinets spécialisés dans la réhabilitation architecturale des bâtiments anciens viennois. Cette activité l'a familiarisée à la fois avec la mise en oeuvre matérielle des projets de réhabilitation et avec les politiques municipales et étatiques liées à la protection des structures historiques de la capitale autrichienne. Au cours de la préparation de sa thèse de doctorat en géographie urbaine (cotutelle Université Paris Ouest et Université Technique de Vienne, Autriche) ayant pour thème la gestion du patrimoine urbain culturel dans le cadre du développement actuel de Vienne et de Budapest, elle a été amenée à étudier les principes inhérents au classement « patrimoine mondial de l'UNESCO ». En tant que membre du laboratoire UMR LAVUE 7218, elle a publié des articles traitant des politiques patrimoniales des villes centre-européennes, en soulignant les conflits d'intérêts ou encore les dilemmes qui peuvent être générés lors la mise en protection d'immeubles ou de quartiers entiers. Depuis 2015, elle est chargée de cours et chercheure à la faculté d'architecture de l'Université Technique de Vienne (institut JASEC). Ses interventions portent sur l'histoire de l'urbanisme et sur les politiques patrimoniales dans le contexte de la compétition urbaine internationale (villes d'Europe centrale). Elle est co-fondatrice d'un groupe de travail interdisciplinaire dont le principal objet est la comparaison du développement des métropoles centre-européennes de part et d'autre de l'ancien Rideau de fer ; elle est par ailleurs co-éditrice du livre Vienne-Budapest. Espaces urbains du 20e siècle en parallèle.

VERDELLI Laura

Enseignante et chercheure UMR CNRS 7324 CITERES CItés, Université de Tours

VERDELLI Laura

VERDELLI Laura


Enseignante et chercheure
UMR CNRS 7324 CITERES CItés, Université de Tours
              

Maître de conférences en Composition urbaine et projet d'aménagement à l'Université de Tours, Laura Verdelli est membre de l'UMR CNRS 7324 CITERES CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés.

Architecte-urbaniste (Politecnico di Milano, Italie), elle possède un master en paysagisme (Fondazione Minoprio, Como, Italie), et un doctorat en aménagement de l'espace et urbanisme auprès de l'Université de Tours et en histoire, spécialité patrimoine culturel et muséologie, auprès de l'Université de Coimbra (Portugal). Ses principales problématiques de recherche portent sur : les processus de protection, patrimonialisation et mise en valeur des patrimoines et des paysages ; l'application de variables culturelles, patrimoniales et touristiques aux patrimoines et aux paysages culturels ; les dynamiques contemporaines liées à ces processus (en particulier dans le cas des labellisations de type UNESCO) ; l'interaction entre production et protection patrimoniale et planification spatiale (stratégique).

WHITE James

Architecte Fondateur du réseau NAOH (new architectures of heritage)

WHITE James

WHITE James


Architecte
Fondateur du réseau NAOH (new architectures of heritage)
          

James White conduit depuis dix ans des recherches académiques indépendantes sur le patrimoine mondial UNESCO (PM), se concentrant sur les interventions contemporaines en sites urbains du PM. En 2010, il a complété un MPhil (DEA, Université d'Edimbourg) sur la théorie du PM, grâce à une bourse de recherche Andrew Grant Bequest Major Award (2008) de l'École des Beaux-Arts d'Edimbourg (Edinburgh College of Art/UoE).

En 2011, il a lancé l'initiative de recherche new architectures of heritage (NAOH, newarchitectures.com) visant à étudier les évolutions architecturales et technologiques des sites urbains du PM, se concentrant en premier lieu sur Edimbourg (colloque, 2013), en collaboration avec l'Université d'Edimbourg.

Toujours en partenariat avec l'Université d'Edimbourg, l'initiative de recherche et d'échanges académiques NAOH s'est ensuite développée à d'autres villes du PM à l'échelle européenne, en impliquant Bordeaux (ensapBx) depuis 2015, Prague (Archip) depuis 2016, et Paris (ensaPLV) depuis 2017, sous la forme de colloques, visites de sites du PM et charrettes de design collaboratif entre écoles d'architecture. Il est prévu que davantage d'écoles se joignent aux échanges dans les mois et années à venir.

En 2017, l'initiative de recherche NAOH a servi de base pour la création du réseau académique SAWH (Schools of Architecture / World Heritage) sous la cotutelle de NAOH et des écoles d'architecture de Bordeaux (Chantal Callais et Thierry Jeanmonod, CNRS Passages (UMR 5319)) et d'Edimbourg (Ruxandra Stoica et Suzanne Ewing), ainsi que de Gauthier Bolle (écoles de Strasbourg et de Bordeaux). James White a mené le lancement du réseau SAWH avec Callais, Jeanmonod et Bolle à la réunion annuelle de l'AEEA (Association Européenne pour l'Enseignement de l'Architecture) en septembre 2017, avec la participation de l'UNESCO et de l'ICOMOS.

Depuis 2008, il a donné des communications sur sa recherche sur le PM UNESCO dans les écoles d'architecture d'Edimbourg, Cambridge, Bordeaux, Prague et Paris.

Dans sa vie professionnelle, James White travaille pour l'agence Rogers Stirk Harbour + Partners (Londres) depuis 2012, tout en poursuivant sa recherche académique indépendante.

Il est actuellement basé à Genève, Suisse.